Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel : les acteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

28/02/2018
1 498

Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel 

 

Les acteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

 

L’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) a organisé, les 22 et 23 février 2018 à Bobo-Dioulasso, une réunion d’évaluation et de planification du projet «Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel ». Cette rencontre avait pour but, de contribuer à la mise en œuvre efficace des interventions régionales, et des activités de suivi et d’évaluation.

 

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger entendent lutter « efficacement »contre le paludisme et les maladies tropicales négligées. D’où la mise en place en 2016, du  projet « Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel » (P/ MTN) soutenu par la Banque mondiale. Dans le cadre de la mise en œuvre dudit projet, l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) a organisé, les 22 et 23 février 2018 à Bobo-Dioulasso, une réunion d’évaluation et de planification. De l’avis du représentant du directeur général de l’OOAS, Salifou Zouma, l’année 2018 constitue une année charnière pour le projet. « Il s’agit de la troisième année de sa mise œuvre. C’est également l’année de l’accélération de la mise en œuvre des conclusions de la revue interne à mi-parcours du projet et des résultats des réflexions », a-t-il soutenu. Selon Salifou Zouma, la rencontre a permis de faire le bilan de la mise en œuvre des recommandations de la précédente réunion de planification, et de discuter des résultats des campagnes de 2017. Il s’est agi également, à l’en croire, d’élaborer un programme consensuel de mise en œuvre des campagnes de chimio prévention du paludisme saisonnier, et de distribution de masse des médicaments contre les MTN, d’identifier des activités transfrontalières, des activités de supervision du projet et d’échange d’expériences sur les campagnes. Selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur les maladies tropicales négligées dressé en 2011 et intitulé « Agir pour réduire l’impact des maladies tropicales négligées », ces maladies « appauvrissantes »empêcheront d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD), liés à la santé si rien n’est fait, a fait savoir le représentant du ministre de la Santé, le Dr Isaïe Médah, par ailleurs, directeur général de la santé publique. Pour lui, les MTN augmentent la pauvreté, handicapent et empêchent les personnes atteintes de participer pleinement au développement socio-économique. Sur le plan socio-économique, le paludisme constitue un frein au développement humain durable, du fait de son impact sur l’espérance de vie, l’éducation des enfants, la productivité, l’épargne familiale et nationale, a-t-il poursuivi. « L’atteinte des objectifs de ce projet transfrontalier passe inévitablement par une harmonisation des calendriers des interventions, un renforcement de la collaboration entre acteurs, mais aussi une bonne coordination », a conclu le Dr Isaïe Médah.

 

Boudayinga J-M THIENON