Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina: L’UPC (opposition) estime que le procès du putsch manqué permettra de panser les plaies des victimes

28/02/2018
602

Burkina Faso-Putsch-Procès-Réaction

Burkina: L’UPC (opposition) estime que le procès du putsch manqué permettra de panser les plaies des victimes 

Ouagadougou, 28 fév. 2018 (AIB) L’Union pour le progrès et le changement (UPC), le principal parti de l’opposition burkinabè, pense que le procès du putsch manqué ouvert mardi à Ouagadougou, va permettre de panser les plaies des victimes de ce coup d’Etat.

Dans sa déclaration dont l’AIB a reçu copie mercredi, l’UPC  rappelle que c’est la résistance populaire et le sursaut de l’armée burkinabè qui  ont permis de faire échec à cette tentative de faire plonger le pays  dans le chaos.  

«Après une instruction du dossier qui a duré près de deux ans et cinq mois et qui a été émaillées par des intrusions ou des immixtions de l’exécutif dans la procédure en cours,  le procès de cette affaire s’est ouvert le  27 février 2018», renseigne la déclaration.

Le même document souligne que «ce procès qui se veut avant tout pédagogique devrait permettre à notre pays de tourner résolument et définitivement le dos à toute forme d’accession non démocratique au pouvoir».

Et d’ajouter que «ce procès permettra aussi de situer les responsabilités des uns et des autres et de panser les plaies des nombreuses victimes».  

L’UPC invite le gouvernement burkinabè à prendre «les dispositions qui relèvent de son domaine pour mettre les moyens nécessaires à la disposition de la justice pour lui permettre de faire son travail dans les meilleures conditions».

Selon le parti politique, l’exécutif doit s’abstenir de toute immixtion dans la conduite du procès afin «éviter une parodie de justice dangereuse pour la paix et la concorde sociales».

«Notre peuple attend de ce procès qu’il soit exemplaire et que le droit, rien que le droit soit dit dans toute sa splendeur,  loin des calculs politiciens », note-t-on.

L’UPC souhaite que «les coupables soient châtiés à la hauteur de leur forfait, que les innocents soient acquittés et que les victimes voient leurs préjudices réparés».

Pour le principal parti de l’opposition burkinabè, ce procès donne l’occasion de rappeler que de nombreux autres dossiers tels celui de Thomas Sankara, Norbert Zongo, les victimes de l’insurrection populaire,... sont encore jusque-là non élucidés.

Ouvert hier mardi, dans la matinée, le procès des auteurs du putsch manqué du 16 septembre 2015, a été suspendu dans l’après-midi, après que les avocats de la défense ont quitté la salle d’audience pour protester contre l’irrégularité du Tribunal.

Agence d’information du Burkina

ak