Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Procès du putsch manqué et nécrologie, au menu des quotidiens burkinabè

28/02/2018
430

Burkina Faso-Presse-Revue

Procès du putsch manqué et nécrologie, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 28 fév. 2018 (AIB) Les quotidiens burkinabè parvenus à l’AIB ce mercredi matin, commentent le décès, la veille, de l’artiste musicien Salambo, sans oublier de revenir largement sur l’ouverture du procès des présumés auteurs du coup d’Etat manqué de septembre 2015.

Le quotidien national Sidwaya arbore en manchette: «Jugement du putsch manqué du 16 septembre 2015: Le tribunal récusé, le procès suspendu».

Le journal relate qu’ouvert hier mardi dans la salle des banquets de Ouaga 2000, le procès a été suspendu dans la soirée du même jour, pour «illégalité du tribunal».

Selon Sidwaya, 84 prévenus dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, devraient comparaitre pour plusieurs charges allant de la trahison, de l’attentat à la sûreté de l’Etat, de coups et blessures volontaires, aux meurtres.

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, caricature en ces termes : «Procès putsch manqué : Sitôt lancé, sitôt calé», avant de s’exclamer : «Que d’obstacles pour des préliminaires !».

Pendant ce temps, Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, mentionne en première page: «ça coince au niveau des articles 15 et 16».

Quant à Le Quotidien, il fait observer que les avocats de la défense ont quitté la salle d’audience et que «le procès a finalement été suspendu au stade de la constitution des membres du tribunal».

En ‘’page triste’’, le même quotidien privé annonce le décès de l’artiste musicien Joseph Moussa Salambéré dit Salambo, sous le titre: «Salambo quitte définitivement la scène musicale».

A ce sujet, Aujourd’hui au Faso affiche: «Culture : Salambo a déposé définitivement son micro !», là où Sidwaya écrit simplement «l’artiste musicien Salambo est décédé».

Pour Aujourd’hui au Faso, c’est une nouvelle disparition qui vient de frapper le monde de la culture burkinabè, soulignant que l’artiste Salambo est décédé, hier mardi en début de soirée, à l’hôpital Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou, des suites de maladie.

Agence d’information du Burkina

ak