Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 monopolise la Une des quotidiens burkinabè

27/02/2018
512

Burkina Faso-Presse-Revue

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 monopolise la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 27 fév. 2018 (AIB) Les quotidiens burkinabè de ce mardi, comme il fallait s’y attendre, commentent largement le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 qui s’ouvre aujourd’hui à Ouagadougou.

Le quotidien national Sidwaya consacre son ‘’Trait de plume’’ à l’évènement en présentantce titre exclamatif: «Procès du putsch: A l’épreuve de la vérité!».

Le commentateur rappelle que le procès s’ouvre ce matin à la Salle des banquets de Ouaga 2000.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso, quotidien privé, dans son éditorial, s’exclame également en ces termes: «Enfin sonne le clairon de la justice!».

Selon l’éditorialiste, «ce procès reposera la problématique de l’indépendance de la justice, et les querelles sur la supposée vraie ou fausse immixtion de l’exécutif dans son fonctionnement».

Le même journal qui présente en première page, une image des généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, estime que ces deux inculpés dans le dossier sont «face à leur destin».

Pendant ce temps, Le Pays, autre quotidien privé, publie les avis de certains citoyens sous le titre: «Ce qu’en pensent des Burkinabè», avant de faire observer que «l’heure de la vérité a sonné».

Le Pays mentionne également à sa Une que «la Coalition Dytanié (une organisation de la société civile, Ndlr) appelle à la vigilance».

Dans les colonnes de Sidwaya, c’est le président de l’Association des parents de victimes du coup d’Etat manqué, Boubacar Yelnogo qui s’exprime. Il déclare que «nous craignons un report du procès».

L’interviewé souhaite que tout se passe bien. «Si le jugement se fait et qu’un accusé est reconnu non coupable, qu’il soit blanchi. Il ne faudrait pas que quelqu’un paye pour un acte non commis», s’est exprimé M. Yelnogo, avant d’ajouter: «C’est à la justice de faire son travail en toute indépendance».

Agence d’information du Burkina

Ak/ss