Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 monopolise la Une des quotidiens burkinabè

27/02/2018
669

Burkina Faso-Presse-Revue

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 monopolise la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 27 fév. 2018 (AIB) Les quotidiens burkinabè de ce mardi, comme il fallait s’y attendre, commentent largement le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 qui s’ouvre aujourd’hui à Ouagadougou.

Le quotidien national Sidwaya consacre son ‘’Trait de plume’’ à l’évènement en présentantce titre exclamatif: «Procès du putsch: A l’épreuve de la vérité!».

Le commentateur rappelle que le procès s’ouvre ce matin à la Salle des banquets de Ouaga 2000.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso, quotidien privé, dans son éditorial, s’exclame également en ces termes: «Enfin sonne le clairon de la justice!».

Selon l’éditorialiste, «ce procès reposera la problématique de l’indépendance de la justice, et les querelles sur la supposée vraie ou fausse immixtion de l’exécutif dans son fonctionnement».

Le même journal qui présente en première page, une image des généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, estime que ces deux inculpés dans le dossier sont «face à leur destin».

Pendant ce temps, Le Pays, autre quotidien privé, publie les avis de certains citoyens sous le titre: «Ce qu’en pensent des Burkinabè», avant de faire observer que «l’heure de la vérité a sonné».

Le Pays mentionne également à sa Une que «la Coalition Dytanié (une organisation de la société civile, Ndlr) appelle à la vigilance».

Dans les colonnes de Sidwaya, c’est le président de l’Association des parents de victimes du coup d’Etat manqué, Boubacar Yelnogo qui s’exprime. Il déclare que «nous craignons un report du procès».

L’interviewé souhaite que tout se passe bien. «Si le jugement se fait et qu’un accusé est reconnu non coupable, qu’il soit blanchi. Il ne faudrait pas que quelqu’un paye pour un acte non commis», s’est exprimé M. Yelnogo, avant d’ajouter: «C’est à la justice de faire son travail en toute indépendance».

Agence d’information du Burkina

Ak/ss