Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : Le journaliste Adama Bayala dédicace ’’La République Bana Bana’’

26/02/2018
753

Burkina-Société-Livre-Dédicace

Burkina : Le journaliste Adama Bayala dédicace ''La République Bana Bana''

Ouagadougou, 26 Février 2018 (AIB)- Le journaliste Adama Bayala, a dédicacé samedi, à Ouagadougou, sa deuxième œuvre littéraire «La République Bana Bana» qui dépeint la perte des valeurs qui fondent particulièrement la société africaine.

«Le titre de l’œuvre est une association de la langue française (République) et dioula (Bana qui veut dire maladie). C’est donc une république malade ou bananière qui avance en boitant et marquée par de nombreux maux qui minent et plombent son développement», a expliqué samedi, Adama Bayala. 

Selon lui, «la République Bana Bana» présente une vue de notre société qui est gangrénée par la corruption et la perte des valeurs.

L’œuvre publiée par l’Harmattan International Burkina Faso, a été écrite sous la période de la Transition (nov.2014-dec.2015), marquée selon l’auteur par «une population agitée et portée par des revendications légitimes et qui aspirait à un développement harmonieux».

«Il nous est apparu important de produire un document à travers lequel nous partons de constat en constat, de remarque en remarque avec des oppositions souvent fragrantes pour relever le mal viscéral qui mine notre société, et appeler à une prise de conscience, à un changement de paradigme qui préside à un développement équitable et prospère de nos sociétés», a encore affirmé Adama Bayala.

Cependant de l’avis de Adama Bayala, la prise de conscience ne doit pas être le seul fait des populations mais doit être entamée par les autorités.

«La prise de conscience doit se prendre à l’échelon supérieur, c’est l’échelon supérieur qui doit donner l’exemple. C’est la tête qui impulse la dynamique, donne le rythme du match et vous verrez qu’à la base, la population va suivre. Il serait indécent que celui qui a la charge de la destinée de l’Etat appelle à une prise de conscience à la base alors que lui-même ne s’y conforme pas», a précisé le journaliste.

Titulaire d’un master professionnel en journalisme et communication et d’une maitrise en histoire et archéologie, Adama Bayala est actuellement chef du service de la  communication et des relations publiques du Conseil régional du Centre.

Ancien journaliste à la rédaction des Editions Sidwaya, il assure également la direction des rédactions du site d’informations en ligne « Burkina demain ». 

Adama Bayala est aussi auteur d’une première œuvre « Les Bénédictions d’une mère » publiée en 2015. Quant à savoir comment, il allie journalisme et écriture, l’auteur dit s’imposer un rythme de travail.

«Tous les moments sont bons à la réflexion, à l’écriture, que ce soit, les soirs à notre descente, les week-ends, ou tard la nuit », a-t-il fait savoir.

L’œuvre a été dédicacée en présence de nombreux invités dont l’ancien ministre de la culture Baba Hama et Dramane Konaté, ancien président de la Société des auteurs, des gens de l'écrit et des savoirs (SAGES). 

Agence d’Information du Burkina

wis/ata