Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Echos de l’Ouest

23/02/2018
747

Echos de l’Ouest

*Bobo-Dioulasso : Des agents de la CAMEG arrêtés par la police

Les activités de la Centrale d’achat de médicaments essentiels génériques (CAMEG) sont perturbées. Selon une source digne de foi, cela est dû à l’arrestation, le jeudi 22 février 2018 à Bobo-Dioulasso, de la quasi-totalité des agents de la CAMEG, par la Brigade anti criminalité (BAC) dans une affaire de détournement de médicaments. Nous avons tenté de joindre la structure pour des informations complémentaires, mais sans suite.

 

*Dédougou s’apprête à accueillir le FESTIMA 

Du samedi 24 février au 3 mars 2018, la ville de Dédougou va vibrer au rythme des chants et pas de danse des masques. En effet, c’est dans cette ville que se tient le Festival international des masques (FESTIMA) de Dédougou. L’événement, qui est à sa 14e édition, a pour thème : « Valeur ajoutée des festivals aux industries culturelles : cas du FESTIMA ». Cette biennale comme à son habitude, réunira des milliers de masques venus de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Togo, du Sénégal, du Mali et du Burkina Faso. Déjà, la cité de Bankuy se prépare à accueillir les nombreux festivaliers. Cette fête des masques a été initiée par l’Association pour la sauvegarde des masques (ASAMA).

 

CHR de Banfora: un médecin débraie seul

Le service des consultations externes du Centre hospitalier régional (CHR) de Banfora a vécu dans la matinée du mercredi 21 février 2018, un fait inédit. Pour protester contre les piètres conditions de travail dans son cabinet, un médecin a refusé de consulter les malades. A en croire des patients témoins des faits, le médecin est arrivé à son habitude, peu après 7 h. Il a signifié aux malades qu’il ne lui était plus possible de supporter la chaleur régnant dans son bureau. Depuis deux ans, a-t-il expliqué aux malades, il aurait attiré l’attention de la direction générale du CHR sur la défaillance du climatiseur, mais rien n’a été fait. Pour obtenir gain de cause, il a purement et simplement décidé de débrayer seul. Alerté aux environs de 10 h, le directeur général du CHR, Désiré Ky a dépêché des techniciens pour redémarrer le climatiseur, afin de permettre la reprise de la consultation. Selon une source contactée sur place, le CHR de Banfora souffre d’une insuffisance d’entretien. Les pannes récurrentes de climatiseurs, l’éclairage approximatif du fait des ampoules grillées, viennent s’ajouter à la dégradation prématurée des bâtiments.

 

Sindou : la coupe du haut-commissaire renaît de ses cendres

Sindou, la cité des pics, sera ce samedi 24 février le point de convergence des habitants des huit communes que compte la province de la Léraba. C’est en effet ce jour-là, que se disputera la coupe de Mme le haut-commissaire de la province, Adjara Kientega. La finale mettra aux prises l’équipe de la commune de Dakoro à celle de Wolonkoto, deux rivales légendaires. Elle est placée sous le coparrainage de la gouverneure de la région des Cascades, Joséphine Kouara Apiou, du directeur général de la Société burkinabè de commerce et d’industrie (SBCI) Amidou Traoré et de Orokia Traoré, consultante à Ouagadougou. Cette finale sera riche en ferveur et en émotions, parce que depuis la survenue de l’insurrection populaire en 2014, la coupe du haut-commissaire ne s’est plus jouée.