Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Kénédougou : le projet « Dji-sènè » lancé à Dissanga

15/02/2018
861

Kénédougou

 

Le projet « Dji-sènè » lancé à Dissanga

 

 

Dissanga, localité située dans la commune rurale de Dissaga a servi de cadre le samedi 10 février 2018, au lancement du projet « Dji sènè » (culture de l’eau). L’initiative est du Centre culturel d’intégration et de développement social (CCIDS), en collaboration avec la population dudit village, et le Réseau femmes internationales murs brisés basé en France.

 

« L’eau, dit-on, c’est la vie ». C’est dans cette optique que  le Centre culturel d’intégration et de développement social (CCIDS) a initié ce projet dénommé ‘‘Dji sènè’’ qui veut dire en dioula « Culture de l’eau ». Un projet social et environnemental qui s’inscrit dans le cadre de l’autonomisation des femmes, de la création d’emplois et de la préservation des ressources locales.  En effet, ce projet va impacter plus de 100 bénéficiaires directs, générer environ 307 emplois dans les activités génératrices de revenus, et améliorer la nutrition et les études de 768 enfants. A en croire Arouna Traoré, président du CCIDS,  la mise en œuvre de ce projet sera marquée par la réalisation d’importantes activités, notamment l’aménagement d’un jardin communautaire, l’organisation annuelle d’une course cycliste dénommée « Vélo pour l’eau », des fora, des projections vidéo, des installations d’adduction d’eau et la construction d’unités de production et de vente d’eau potable. Pour mener à bien cette activité, il a sollicité l’accompagnement des autorités locales et des services techniques intervenant dans les domaines de l’agriculture  et de l’environnement. Au regard de l’importance de ce projet, la marraine de la cérémonie Haoua Yaro, par ailleurs directrice provinciale de l’agriculture et des aménagements hydrauliques du Kénédougou, a laissé entendre que le lancement dudit projet ouvre une nouvelle ère pour le jardinage bio à Dissanga. De son avis, le projet va contribuer à booster davantage la production maraîchère. Le village de Dissanga, a-t-elle dit, dispose d’un bon climat, d’un sol fertile pour la réussite du secteur agricole, pouvant stimuler l’augmentation des revenus et des emplois. Enfin, Mme Yaro a dit toute sa disponibilité à accompagner le CCIDS dans son noble combat de lutte contre la pauvreté. Le chef de village  de Dissanga, El hadj Ouattara Oumar, et le premier adjoint au maire de la commune rurale de Djigouèra,  Bakari Traoré, ont remercié dans leurs interventions, le Centre pour cette initiative qui permettra aux femmes de la localité de se prendre en charge. L’un des temps forts de la cérémonie à Dissanga, a été la course cycliste marquant ainsi le lancement de la 1reédition de « Vélo pour l’eau ».

                                                                                                                     Apollinaire KAM

                                                                                                                                    AIB/Kénédougou