Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Promotion de l’éducation inclusive : des parlementaires au contact des réalités du terrain à Banfora

15/02/2018
565

    Promotion de l’éducation inclusive

 

Des parlementaires au contact des réalités du terrain à Banfora

 

Le Réseau des parlementaires burkinabé pour l’éducation inclusive a effectué une visite de terrain dans des écoles de Banfora, afin de toucher du doigt les réalités. Ce sont plus d’une dizaine d’élus conduits par la députée Salimata Konaté/Ouattara, qui se sont rendus respectivement à l’école primaire public de « Bounouna et à l’école privée des sourds-muets de Banfora, le jeudi 8 février 2018.

 

Organisés au sein du Réseau des parlementaires burkinabé pour  l’éducation inclusive, ils étaient onze députés à fouler le sol de Banfora ce 8 février 2018, pour un séjour dans la cité du Paysan noir. Selon la coordinatrice du Réseau, la députée Salimata Konaté/Ouattara, l’objectif de cette visite dans ces structures éducatives est de s’enquérir de l’effectivité de l’application de cette approche pédagogique, voir son fonctionnement, et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre d’une part. D’autre part, à travers cette visite, les parlementaires engagés dans ce combat voudraient être « la voix des sans voix », afin de contribuer à l’amélioration et à la promotion de l’éducation inclusive. Après avoir fait le tour de cinq établissements à Bobo-Dioulasso dans les Hauts-Bassins la veille, ils ont mis le cap sur l’école primaire de « Bounouna A»  au secteur n°9, un village situé à l’entrée de Banfora et rattaché à cette commune. A en croire la députée Konaté, elle-même inspectrice de l’enseignement du 1er degré, «c’est un personnel enseignant qui s’adonne vraiment avec cœur à s’occuper des enfants qui ont des déficiences diverses».Pour la coordinatrice du Réseau, ces enfants victimes de déficiences sont essentiellement des malentendants, des malvoyants, des handicapés moteurs. Au dire des parlementaires, «les enseignants s’exercent à relever les défis de l’éducation ». C’est pourquoi, les députés ont félicité les enseignants, les encadreurs pédagogiques et les autorités régionales en charge de l’éducation, qui œuvrent inlassablement pour l’éducation inclusive. Durant leur séjour dans ces différentes structures d’éducation, les membres de la délégation du Réseau des parlementaires burkinabé pour  l’éducation inclusive, ont relevé comme principales difficultés : « le manque de formation et d’équipement adéquat pour accompagner au mieux ces enfants qui ont besoin de notre appui ». Ils ont réaffirmé leur volonté et leur engagement à œuvrer à travers les moyens dont ils disposent, pour accompagner et promouvoir l’éducation inclusive au Burkina Faso.

 

Comme un apostolat

 

Les parlementaires ont été très touchés et édifiés par la visite de l’école privée des sourds-muets qui a ouvert ses portes en 2017. Pour le fondateur de cet établissement, Rawel S. Ouédraogo, « ces enfants ont les mêmes capacités que les autres enfants, et peuvent venir à bout de leur handicap s’ils sont bien pris en charge». Au nombre de seize élèves bénéficiant d’une cantine et dont certains, «sans parents»,sont à l’internat chez le fondateur, beaucoup d’entre eux arrivent à «lire » et à communiquer. Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt : c’est une école très en difficulté. A en croire le fondateur, seuls quelques parents arrivent à payer les frais de scolarité. Menacé d’être expulsé pour non-paiement de loyer, c’est un chapelet de difficultés qui a été égrené par Rawel S. Ouédraogo devant les parlementaires : manque de manuels scolaires burkinabé, arriérés de quatre mois de loyer, non à jour administrativement, manque de suivi pédagogique et sanitaire, difficultés pour assurer la cantine …Face à la triste réalité, la coordinatrice du Réseau et ses camarades députés très touchés, ont fait parler leur cœur, en réunissant sur place, une somme de 100 000 F CFA qu’ils ont remis au fondateur. C’est sur une note de satisfaction et un engagement ferme d’accompagner les acteurs de la mise en œuvre de l’éducation inclusive, que le Réseau des parlementaires burkinabé pour l’éducation inclusive a mis fin à son séjour dans l’Ouest du Burkina Faso.

                                                                                                      Mamadou YERE

 (AIB Comoé)