Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Niangoloko : Ténè Tina présente son deuxième album

15/02/2018
979

Niangoloko

 

 Ténè Tina présente son deuxième album

 

L'artiste musicienne Ténè Tina vient de mettre sur le marché du disque, un nouvel album. L'œuvre, la deuxième de sa carrière, a été présentée au public de Niangoloko, le dimanche 28 janvier 2018. Baptisé, "I bel ina" (Solidarité en langue locale cerma), cet opus  aborde les péripéties de la vie.

 

Le nouvel album de l'artiste musicienne Ténè Tina est composé de huit titres. On peut retenir en plus du titre phare « I bel ina », des titres comme « Fanama » où elle rend hommage aux forgerons et autres balafonistes. L’artiste chante  aussi « Fanga furu », où elle dénonce le mariage forcé. Enfin, cette catholique pratiquante n’oublie pas ses débuts dans les chorales de Banfora, à travers les titres « Psaumes 1 » et « Merci Seigneur » où elle remercie Dieu pour tous Ses bienfaits. Avec ce nouvel album, Ténè Tina a fini de faire ses preuves dans la région des Cascades et au Nord de la Côte d’Ivoire où elle se produit régulièrement. C’est en 2006 que celle qui depuis l’enfance rêvait de chanter, aura l’occasion d’intégrer l’orchestre dirigé à l’époque par l’artiste inspecteur des douanes Bill Nadié, alors en service dans la cité de Santa. Elle prend vite conscience de la nécessité de maitriser un instrument de musique afin de parfaire son art. Elle choisit alors le « ngoni » qu’elle joue avec perfection de nos jours. C’est d’ailleurs munie de cet instrument qu’elle participe depuis, aux éliminatoires régionales de la SNC en 2011. Ténè Tina déplore le piratage qui a fait qu’elle a vendu très peu son premier album. Cependant, elle se réjouit du fait qu’il lui a permis de se faire connaitre et accepter du public. L’artiste est un défenseur de l’éducation des filles qui, selon elle, a atteint ses objectifs avec le nombre sans cesse croissant de filles inscrites dans les écoles au niveau local, grâce à ses messages.

Dahourou KAM

AIB/Niangoloko