Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Campagne de commercialisation de la noix de cajou :le top de départ donné à Gaoua

15/02/2018
1 041

Campagne de commercialisation de la noix de cajou

 

Le top de départ donné à Gaoua

 

Le Comité interprofessionnel de l’anacarde du Burkina Faso (CIAB), a procédé au lancement de la campagne de commercialisation de la noix de cajou, le samedi 3 février 2018 à Gaoua. A cette occasion, les autorités ont été interpellées sur les difficultés que rencontre la filière.

 

La noix de cajou est une source importante de devises au Burkina Faso. Elle est le troisième produit agricole d’exportation après le coton et le sésame. Selon le Comité interprofessionnel de l’anacarde du Burkina Faso (CIAB, la production de la noix de cajou permet à 45 000 ménages d’être autosuffisants. C’est pour informer le public du démarrage officiel des activités de commercialisation et des perspectives pour une campagne prospère, qu’a été organisée la cérémonie de lancement, le samedi 3 février 2018 à Gaoua. Elle a été placée sous le thème : « Filière anacarde, quelles réformes pour un marché mieux organisé, dynamique et compétitif en faveur de tous les acteurs et de l’économie du Burkina Faso ». La rencontre a permis d’annoncer aux acteurs, les dispositifs relatifs à la campagne 2018 de commercialisation. Elle a aussi contribué à renforcer les liens entre les acteurs directs de la filière. La présidente du CIAB, Minata Koné a salué l’organisation de la cérémonie de lancement et confié que les acteurs de la filière sont regroupés autour de sa structure. « Le CIAB est une plateforme de concertation pour défendre les intérêts », a-t-elle déclaré. Selon elle, la rencontre a aussi permis d’évoquer les difficultés de la filière anacarde au Burkina Faso, et la principale d’entre elles est l’inorganisation du marché. Cette difficulté a pour conséquence, l’envahissement du marché par des acheteurs étrangers qui pratiquent des achats bord champs. Pour faire face à cette situation, Minata Koné a appelé les autorités à voter des textes de loi règlementant le marché. Le parrain de la cérémonie, l’évêque de Diébougou, Kussièlè Der Raphaël a remercié les acteurs pour le choix porté sur sa personne. « Nous avons accepté ce parrainage, car nous avons un rôle d’accompagnement des actes de développement économique », a-t-il dit. Il a ajouté que son église est instituée pour l’épanouissement spirituel et le bien-être des populations. L’événement a aussi connu la présence des partenaires techniques et financiers comme GIZ/COMCASHEW. Ainsi, la représentante de GIZ/ COMCASHEW, Cynthia Benon a renouvelé la disponibilité de sa structure à accompagner la filière anacarde au Burkina Faso. « Nous reconnaissons avec les différents acteurs, que la filière anacarde est porteuse au Burkina Faso », a-t-elle conclu.

Evariste YODA