Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le Comité de gestion du cricket forme des enseignants pour la promotion de la discipline

12/02/2018
589

 

Burkina-Sport-Cricket

Le Comité de gestion du cricket forme des enseignants pour la promotion de la discipline

Ouagadougou, 11 Fév. 2018 (AIB) – Le Comité de gestion du cricket a initié une formation dimanche, à l’endroit des enseignants de quelques écoles primaires de Ouagadougou pour mieux faire connaitre cette nouvelle discipline présente au Burkina Faso il y a seulement un an.

Près d’une dizaine d’enseignants d’écoles primaires se sont réunis dans une école de Ouagadougou pour suivre une formation sur le cricket, organisée par le jeune Comité de gestion du cricket dans le cadre de ses activités.

«C’est une formation qui était dans notre programme et on a pu l’exécuter avec cinq écoles présentes : le Petit Monde, l’école évangélique Emmanuel, le Réveil, les écoles de Nioko I et Nioko II. Cette formation était théorique et pratique», a dit le président du Comité de gestion du cricket Ibrahim N’Diaye.

Les apprenants ont appris les fondamentaux du cricket, son historique, les techniques et ont découvert le matériel et comment tracer un terrain de cricket. Ils ont également appris comment enseigner la discipline aux élèves.

Ibrahim N’Diaye a promis qu’avant la fin de l’année, il y aura un championnat de cricket des écoles primaires, en vue de jauger le niveau d’implantation de la discipline au Burkina Faso.

«J’ai appris plein de choses et je salue l’initiative de la fédération. Le cricket est un bon jeu et ça nous permet de nous distraire. Dans mon école je vais demander la collaboration de tous les collègues en leur expliquant tout ce qu’on a appris ici avant de passer à la pratique sur le terrain avec les élèves», s’est réjouie Karidja Compaoré, enseignante à l’école primaire évangélique Emmanuel.

«Nous voulons vulgariser le cricket car c’est une nouvelle discipline qui est en train de s’installer au Burkina. L’initiation pour nous, commence à partir de la base. Nous allons par la suite aller au niveau des lycées et pourquoi pas dans les universités », a soutenu Ibrahim N’Diaye.

Déjà, selon le président N’Diaye, tous les dimanches à Ouagadougou, il y a une compétition de cricket avec les 4 clubs qui sont créés au niveau de Ouagadougou.

Le cricket est un sport collectif où on utilise des petites balles et des battes (bâtons). Le jeu oppose deux équipes normalement de onze joueurs sur un terrain de forme ovale, au centre duquel se trouve une zone d’une vingtaine de de mètres de longueurs, à chaque extrémité de laquelle on trouve le guichet (structure de bois).

Une rencontre de cricket est divisée en plusieurs manches. Au cours de chacune d’elles, les équipes essaye de marquer des courses (points), et possède simultanément deux batteurs sur le terrain, chacun devant l’un des guichets.

Un point est marqué à chaque échange de position de ces deux joueurs lorsque la balle est en jeu.

Leurs onze adversaires sont également présents sur l’aire de jeu. La balle est lancée par l’un de ceux-ci en direction du guichet d’un des deux batteurs.

L’objectif de la seconde équipe est d’empêcher la première de marquer, principalement en éliminant les batteurs adverses, par exemple en détruisant le guichet avec la balle sur le lancer.

Agence d’Information du Burkina

as/ata