Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Accord gouvernement-syndicats de l’éducation :le contenu restitué aux travailleurs de Tenkodogo

09/02/2018
249

Accord gouvernement-syndicats de l’éducation

Le contenu restitué aux travailleurs de Tenkodogo

Tenkodogo, (AIB) - Les travailleurs de l’éducation ont tenu une assemblée générale sous l’égide de la coordination régionale des syndicats de l’éducation (CRSE) du Centre-Est, le mercredi 31 janvier 2018 à Tenkodogo. Le but est de restituer le contenu du protocole d’accord signé entre le gouvernement et la coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), le 27 janvier dernier aux militants (es).

Rassemblés à leur lieu habituel des piquets de grève, sous les manguiers à l’école centre de Tenkodogo, les travailleurs de l’éducation étaient face aux responsables de la coordination régionale des syndicats de l’éducation (CRSE)du Centre-Est. Cette fois-ci à travers une assemblée générale (AG) pour restituer le contenu du protocole d’accord signé entre le gouvernement et des responsables d’une quinzaine de syndicats de la coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). Il s’est agi de permettre à tout le personnel de l’éducation et de la recherche d’être au même niveau d’information et d’avoir la même compréhension sur le contenu dudit protocole d’accord, relever les insuffisances et les acquis et aussi de préparer la lutte à venir pour l’application effective dudit accord. Quelques-uns qui avaient la version papier du protocole d’accord, ont suivi sa restitution faite page par page, à travers une lecture faite par le coordonnateur régional des syndicats de l’éducation du Centre-Est, Maxime Ygo et le SG de la section provinciale du Syndicat national des travailleurs de l’éducation de base (SY.NA.T.E.B) du Boulgou, Koka Apollinaire Dayamba, suivi des commentaires par moment. A entendre Maxime Ygo, le statut valorisant la fonction du personnel de l’éducation et de la recherche, va changer de façon substantielle les conditions de vie et de travail du personnel de l’éducation et de la recherche. Maxime Ygo a invité les militants et militantes à se tenir debout et à se mobiliser pour soutenir la CRSE pour réussir ensemble la lutte, à travers l’acte 2 qui va suivre, c’est-à-dire, la concrétisation et l’application effective de ce statut. «Même si le statut particulier de l’éducation et de la recherche, contenu dans le protocole d’accord est un acquit considérable, il est d’autant aussi politique et syndical pour l’ensemble des travailleurs de l’éducation», a fait savoir le coordonnateur régional de la CRSE du Centre-Est. «Mais nous, nous réclamons notre statut valorisant l’éducation. Peu importe le nom qu’on va lui donner», a-t-il ajouté. Un argument qui a été accompagné par un tonner d’applaudissements des militants (es) présents à l’AG. La préoccupation majeure des militants (es) de la CRSE se situe au niveau des échéances et l’application du protocole d’accord, ainsi que la relecture et l’adoption du statut valorisant la fonction enseignante. L’acte 1 étant la signature effective du protocole d’accord, l’acte 2 reste l’application effective dudit protocole. «Comme tout est question d’échéance, si à la fin nous ne voyons rien venir, nous allons encore nous remobiliser pour faire appliquer ce protocole», a prévenu Maxime Ygo. Il a toutefois invité l’ensemble des travailleurs de l’éducation à reprendre le travail avec sérénité mais aussi avec efficacité et force à se battre davantage pour donner une valeur ajoutée au système éducatif burkinabè.

Bougnan NAON