Burkina :  le cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche à Ouagadougou / les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : Dans le Sourou, les oignons font pleurer leurs producteurs

08/02/2018
575

Burkina: Dans le Sourou, les oignons font pleurer leurs producteurs

Ouagadougou, 8 fév. 2018 (AIB)-Les producteurs d’oignon de la vallée du Sourou (Nord-Ouest) sont dans le désarroi. Entre décembre et février, le prix du sac d’oignon de plus de 100kg a chuté vertigineusement de 42 500 à 10 000FCFA…

Le prix du sac d’oignon de plus de 100kg est passé de 42 500FCFA en décembre dans la vallée du Sourou, à 32 500FCFA en janvier et se négocie à 10 000FCFA en début février, a confié le producteur Dramane Drabo.

M. Drabo se lamentait auprès des journalistes Aïcha Dianda et Yves Rouamba, dans un reportage diffusé mercredi soir par la télévision nationale du Burkina.

Son collègue Narcisse Coulibaly indique que malgré les 22 jours qu’il vient de passer dans les champs et dans la fraicheur, il n’est pas sûr d’avoir les fonds investis, n’en parlons pas de bénéfice.

Les acheteurs interrogés par les reporters, ont pointé la surproduction, l’enclavement de la vallée et l’état défectueux de la voie.

Le commerçant Harouna Sidibé relève la cupidité des transporteurs et des intermédiaires qui réclament jusqu’à 1 500FCFA par sac.

Pour le maire de la commune rurale de Dî (province du Sourou), Lassina Belemou, entre vendre ou laisser pourrir la production, il est temps de redresser les choses car les oignons et les tomates constituent le «café et le cacao» des braves paysans.

Les reporteurs ont montré les travaux de bitumage en cours de la principale voie (Tougan-Dédougou) et ont fait cas de la réalisation de pistes rurales, toutes choses selon eux, qui permettront de réduire l’enclavement de la zone.

En rappel, la vallée du Sourou a bénéficié de plusieurs projets d’aménagement de périmètres irrigués dont le dernier a été réalisé en 2014 à Di par le peuple américain (2 240ha, 40 milliards de FCFA).

On y produit en abondance, pendant la contre-saison, de l’oignon, du maïs, du riz et de la tomate, notent Aïcha Dianda et Yves Rouamba.

Agence d’Information du Burkina
ata/ak