Burkina : les familles des victimes du putsch manqué dénoncent des déports en cascades / Dabadi Zoumbara du journal Le Pays remporte le super Galian 2018 / les ministres de la Défense des pays du G5-Sahel appellent à une "opérationnalisation" rapide de la Force conjointe / l'audience du putsch manqué renvoyée au 25 mai /
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la Comoé : un projet pour vaincre la malnutrition lancé

06/02/2018
445

Sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la Comoé

 

Un projet pour vaincre la malnutrition lancé

 

Le secrétaire général du Premier Ministère Bamory Ouattara, a lancé le Projet de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle durable dans le Bassin versant national de la Comoé (SANBACO), le samedi 3 février 2018 à Banfora. Mis en œuvre par le Centre d’Etudes d’Expérimentations Economiques et Sociales de l’Ouest (CESAO) en partenariat avec MISEREOR, ce projet va durer 36 mois et va couvrir huit communes au Burkina Faso dont six dans les Cascades, et 2 dans les Hauts-Bassins.

Le Projet de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle durable dans le Bassin versant national de la Comoé (SANBAO), lancé le samedi 3 février 2018 à Banfora concerne huit communes de sa zone d’intervention. Il a pour mission, selon les responsables, de contribuer de manière durable, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à une croissance économique forte et à la réduction de la pauvreté. La zone d’intervention du projet couvre la région des Cascades, avec une extension sur la province du Kénédougou dans les Hauts Bassins. Dans les Cascades, il s’agit des communes de Banfora, Mangodara, Ouo et Sidéradougou dans la Comoé, Dakoro et Ouéléni dans la Léraba. Au Kénédougou, ce sont les communes de Kourinion et Samorogouan. Selon la présidente du Centre d’Etudes d’Expérimentations Economiques et Sociales de l’Ouest (CESAO), Rosalie Ouoba, c’est en se fondant sur les messages du Pape François, que le projet SANBACO a été élaboré. Le but, a-t-elle dit, est d’opérationnaliser « la volonté et l’engagement du Pape au profit des plus démunis dans leur quête de mieux vivre ». «Il se veut une contribution à l’atteinte des objectifs de ces deux politiques nationales » a-t-elle déclaré. Ce projet d’une durée de 36 mois, vise trois objectifs spécifiques. Il s’agit en premier lieu, d’accompagner 630 des 900 ménages vulnérables à la diversification et l’accroissement de la production à travers l’adoption de nouvelles pratiques alimentaires et nutritionnelles. Ensuite, aider 80% des 120 microentreprises de jeunes ou de femmes et des 200 pasteurs à accroitre et diversifier leurs offres de produits agricoles et la vente sur les marchés locaux. Enfin, le projet permettra de doter 7 communes rurales d’une stratégie communale de sécurité alimentaire et nutritionnelle. A en croire le secrétaire général du Premier Ministère Bamory Ouattara, le projet SANBACO «est en parfaite cohérence avec les objectifs de notre référentiel national de développement (le PNDES) ». Il a fait comprendre que le projet SANBACO va contribuer à l'atteinte des objectifs des politiques nationales en matière de protection sociale, de sécurité alimentaire et de filets sociaux.

Mamadou YERE

 AIB-Comoé