Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Interdiction provisoire du tilapia au Burkina : Le ministère en charge des Ressources animales rassure

06/02/2018
290

 

Burkina-Importation-Poisson

Interdiction provisoire du tilapia au Burkina : Le ministère en charge des Ressources animales rassure

Ouagadougou, 6 fév. 2018(AIB)-Le ministère des Ressources animales et halieutiques a rassuré mardi, la population burkinabè à consommer sans inquiétude les produits halieutiques, malgré l’interdiction provisoire qui concerne l’importation du poisson tilapia, en provenance de la Thaïlande, de la Colombie, de l’Equateur, de l’Egypte et d’Israël.

«Il y a eu beaucoup de choses qui ont été dites au niveau des réseaux sociaux et nous pensons qu’il était nécessaire de donner l’information juste aux populations de pouvoir consommer leurs poissons sans inquiétude », a indiqué le Directeur de la santé publique vétérinaire et de la législation du ministère des ressources Animales et Halieutiques, Dr Adama Maïga.

Dr Maïga s’exprimait mardi à Ouagadougou, à l’occasion d’une conférence de presse relative à un arrêté interministériel interdisant l’importation provisoire de tilapias au Burkina Faso.

Selon lui, la mesure concerne uniquement le poisson (tilapia) provenant de la Thaïlande, de la Colombie, de l’Equateur, de l’Egypte et d’Israël, infestés par le virus de lac de tilapia.

Le Burkina importe principalement de la Chine qui n'est pas concernée par le virus de lac du tilapia, a-t-il détaillé.

Il a signalé que le tilapia sauvage ou d’élevage, vivant, sous formes d’œufs, de larves, de juvéniles, de géniteurs, de poisson mort, sous forme congelée ou dérivée sont interdits sur le territoire national.

A en croire M. Maïga, il n'y a aucun danger pour un homme qui consomme le tilapia infecté par le virus de lac de tilapia, car la maladie se transmet de poisson à poisson et jamais du poisson à homme.

«Nous avons des petits éleveurs qui importent actuellement des petits alevins, la farine de poisson et si on n’y prend garde, leurs effectifs peuvent se décimer en un clin d’œil », a-t-il prévenu.

La mesure d’interdiction «ne pose aucunement un problème sanitaire, c'est plutôt un problème économique pour lequel le gouvernement a anticipé», a-t-il martelé.

Dr Adama Maïga a précisé que le gouvernement respecte les règles éditées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et que la population doit éviter toute crainte dans la consommation du poisson tilapia qui sera autorisée au Burkina Faso.

De son avis, l’importation des produits halieutiques et de leurs dérivés doit être accompagnée de documents indiquant leurs origines et de certificat vétérinaire dûment visé par un vétérinaire officiel du pays d’origine.

Il a enfin conclu que la démarche de son département consiste à prévenir en élaborant un décret qui va permettre de règlementer toutes les importations de tilapia au Burkina Faso.

Agence d’Information du Burkina

no/ata