Burkina :  le cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche à Ouagadougou / les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Fonction publique burkinabè: le ministre Seyni Ouédraogo compte approfondir la réforme de l’administration

05/02/2018
486

Burkina Faso-Administration-Réformes

Fonction publique burkinabè: le ministre Seyni Ouédraogo compte approfondir la réforme de l’administration

Ouagadougou, 5 fév. 2018 (AIB) Le nouveau ministre burkinabè de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Seyni Ouédraogo, a déclaré lundi, vouloir approfondir les réformes entamées par son prédécesseur, notamment, celle concernant l’administration publique.

Pour le nouveau ministre, il faut s’inscrire dans la continuité de son  prédécesseur en prenant très vite possession des dossiers en instance, notamment, la question de la réforme du système de rémunération des fonctionnaires et la question de l’opérationnalisation de l’Assurance maladie universelle (AMU).

«Au-delà de ces deux dossiers, il y a d’autres chantiers qui restent aussi de grandes importances, particulièrement celle de la réforme de l’Etat, à travers la réforme de son administration», a déclaré Seyni Ouédraogo qui s’exprimait à l’issue de la cérémonie de passation entre lui et son prédécesseur Clément Sawadogo.

De l’avis du nouveau ministre en charge de la Fonction publique, la question de la réforme de l’administration est un chantier qui a commencé sous son prédécesseur, mais qu’il va approfondir.

«Véritablement, nous devons embrasser les nouvelles orientations que nous impose la gestion par programmes puisque nous savons que le Burkina Faso a entamé, depuis le 1er janvier 2018, son mécanisme de budgétisation par programmes», a-t-il renchéri.

Et d’ajouter qu’avec ce mécanisme, c’est une autre conception de l’agent public qui faut voir. «Cette qualité de l’agent public  doit s’orienter vers les qualités qui sont attendues par des agents dans ce secteur», a expliqué M. Ouédraogo.

Le ministre entrant est conscient du fait que son ministère a beaucoup de chantier, mais dit qu’il essayera, «dans le meilleur des possibles», d’apporter sa contribution à l’édification d’une société qui permet d’avoir des résultats rapides.

Il fait observer qu’il devra aussi faire face à des exigences à la fois externes et internes.

«Dans la continuité de l’œuvre de mon prédécesseur, j’espère pouvoir continuer  le dialogue fructueux avec les partenaires sociaux et tous les agents publics parce que sans eux, il n’est pas possible d’espérer une transformation positive», a relevé Seyni Ouédraogo.

Auparavant, il a remercié le ministre Clément Sawadogo «qui a une très longue et riche expérience ministérielle». Selon lui, le ministre Sawadogo a conduit «avec brio» les grands chantiers du ministère en charge de la Fonction publique pendant deux années.

Celui-ci, dans son intervention a évoqué, entre autres grands chantiers qu’il a lancés, la loi sur le code du travail, la loi sur la réforme du système de rémunération des fonctionnaires, le dossier Assurance maladie universelle (AMU).

Dans le gouvernement Paul Kaba Thiéba III, rendu public mercredi dernier, le Pr Seyni Ouédraogo, Juriste de formation, remplace Clément Pengdwendé Sawadogo qui lui, occupe désormais le poste de ministre de la sécurité.

Agence d’information du Burkina

ak/ata