Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

« In-Out Dance Festival » dans les Hauts-Bassins : le festival se déporte à Banfora, Bama et Houndé

05/02/2018
189

« In-Out Dance Festival »dans les Hauts-Bassins

 

Le festival se déporte à Banfora, Bama et Houndé

 

La compagnie « Tamadia » a annoncé le mardi janvier 2018, la tenue de la 5e édition de « In Out Dance festival », du jeudi 1er au samedi 10 février Bobo-Dioulasso.  Cette année la manifestation va se déporter à Banfora, Bama et Houndé. 

 

La 5e édition du festival « In Out Dance » se tient du jeudi 1erau samedi 10 février dans la région des Hauts-Bassins sous le thème « L’apport de la culture dans le développement d’un pays ». L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse, le mardi 30 janvier 2018 dans le village du festival, sis dans le quartier populaire d’Accart-Ville par la compagnie « Tamadia », structure organisatrice du festival. « In Out Dance » se déportera dans trois autres villes à l’instar de Bobo-Dioulasso. Il s’agit de Banfora, Bama et Houndé. Environ 120 festivaliers de 10 pays sont officiellement attendus. Ces festivaliers sont issus de 15 compagnies nationales et internationales. Selon le président de la compagnie « Tamadia », par ailleurs,  directeur artistique de « In-Out Dance Festival », Aguibou Bougobali Sanou, le festival va connaitre une innovation particulière. En effet, il sera marqué par un village de festival d’exposition durant dix jours, dans le quartier populaire d’Accart-ville. Le festival se déroule également au grand marché de Bobo-Dioulasso, au camp militaire Ouézzin Coulibaly et à la maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso, a-t-il affirmé. A l’en croire, l’esprit du festival est d’aller vers le public et toutes les classes sociales, surprendre et remporter l’adhésion des spectateurs. La directrice de l’institut français et partenaire du festival, Agathe Konaté, a salué l’effort de la compagnie « Tamadia » en ce qui concerne la décentralisation dans les trois autres régions et réaffirmé son soutien au festival.

Fatoumata YLY

(Stagiaire)