Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Usine de transformation du coton au Burkina: 50 000 emplois indirects attendus dans six mois

03/02/2018
240

Burkina- Coton -Transformation

Usine de transformation du coton au Burkina: 50 000 emplois indirects attendus dans six mois

Ouagadougou, 2 fév. 2018, (AIB)- Le groupe Ayka textile, une société turque, a indiqué vendredi à Ouagadougou, qu’il compte créer dans les six prochains mois, une usine de transformation du coton à hauteur de deux cents vingt milliards de FCFA devant générer plus de cinquante mille emplois indirects au Burkina Faso.

«Le but de notre visite d’aujourd’hui, c’est de poursuivre les discussions que nous avons eues avec le gouvernement. Ces discussions  ont été entamées il y a de cela un an pour la création d’une usine intégrée de transformation coton au Burkina Faso», a affirmé vendredi, le promoteur turc du groupe Ayka textile, Ysuf Aydeniz, à sa sortie d’audience avec le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Pour lui, le  Burkina Faso produit plus de 600 milles tonnes de coton qui  ne sont   pas transformées  au niveau local. Il a précisé que c’est ce qui justifie la création de l’une des premières usines de transformation de coton en Afrique, en particulier au Burkina Faso.

 Selon le promoteur turc, l’usine intégrée de transformation de coton  va générer à terme plus de 11.000 emplois dont le coût de l’investissement  s’élève à 220 milliards de FCFA,  avec l’utilisation d’une centrale thermique à charbon de 35 mégawatts qui sera basée à Ouagadougou.

Il  signale  que  le groupe  investit sur la dynamique des ressources et de la qualité humaines pour transformer l’économie et apporter son expertise au secteur public burkinabè.

Ysuf Aydeniz,  dit être venu pour finaliser les accords  de projet de création de l’usine  qui sont à un stade très avancé. De son avis, le projet verra le jour  dans les six prochains mois au Burkina Faso.

«Nous sommes venus aujourd’hui échanger  avec le chef du gouvernement  qui nous a traduit l’accord du gouvernement pour la création de l’usine de transformation de coton. Nous considérons le Burkina  comme notre pays car nous nous sentons très bien ici et nous comptons travailler ici», a-t-il ajouté.

«La qualité du coton burkinabè est recherchée par nos clients qui sont en Asie, en Europe et partout ailleurs», a poursuivi le promoteur du groupe Ayka textile. 

 Le  directeur général de la société des fibres et textiles(SOFITEX),  Wilfried Yaméogo   a affirmé , qu’il s’agit d’un projet très important qui s’inscrit dans la logique du Plan national  de développement économique et social (PNDES) qui va permettre d’amorcer le volet transformation industrielle du coton au Burkina.

M. Yaméogo a signifié que la SOFITEX va  mettre à la disposition du partenaire (société turque) 20 milles tonnes de fibres pour une transformation  devant améliorer l’économie nationale et  les recettes d’exploitation.

«Les produits qui sortiront de l’usine seront prioritairement destinés à l’exportation et une partie va alimenter le marché local et sous- régional», a-t-il  laissé entendre.

Il a  également souligné que le projet  va générer 50 milles emplois indirects et 12 milles emplois  directs les années à venir.

Wilfried Yaméogo a  révélé que ledit projet fera appel à l’expertise des femmes en matière d’emplois où elles auront une part majoritaire au sein de la société.

Le projet est supporté dans son intégralité par des partenaires financiers tels que les partenaires financiers AFRIXIMBANK, la Banque africaine d’export- import, la Banque africaine de développement (BAD), ECOBANK, CORIS BANK.

Agence d’information du Burkina

no/ak