Le Burkina est bel et bien gouverné (Roch Marc Christian Kaboré) // Le président du Faso dit être satisfait du travail des Forces de défense et de sécurité en matière de lutte contre le terrorisme, pour lui, elles méritent d'être encouragées  // Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) // Le nombre d'emplois créés s'élève à 190 000 en deux ans et demi (Président du Faso) // Le président Kaboré demande aux syndicats du ministère en charge de l'Economie et des Finances de lever leur mot d'ordre de grève // L'Ambassade de la Chine continentale sera ouverte à Ouagadougou entre le 11 et le 13 juillet 2018 (Ministère des Affaires étrangères) // Des étudiants burkinabè seront transférés en Chine continentale (Officiel) // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina Faso : Un remaniement ministériel pour plus d’efficacité gouvernementale (Premier ministre)

01/02/2018
791

Burkina-Gouvernement-Remaniement

Burkina Faso : Un remaniement ministériel pour plus d’efficacité gouvernementale (Premier ministre)

Ouagadougou, 1 février 2018 (AIB)- Le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba a déclaré ce jeudi midi, au sortir d’une séance de prise de contact entre la nouvelle équipe gouvernementale et le président du Faso, que le remaniement opéré hier mercredi,  «a été essentiellement mis en œuvre pour des raisons d’efficacité gouvernemental».

Selon le chef du gouvernement, 2018 est une année charnière dans le quinquennat du président du Faso Roch Marc Christian Kabore.

D’après lui, il faut que la nouvelle équipe tire «les enseignements des deux années de gouvernance», consolide «les acquis» et surtout accélère «la mise en œuvre des reformes et des chantiers inscrits dans le cadre du Plan National de Développement économique et Social (PNDES) et du programme présidentiel».

«Cela va demander de la part de chacun de nous au niveau du gouvernement, plus d’engagement dans le travail, plus d’organisation dans la méthode de travail, plus de dextérité et d’efficacité dans la communication gouvernementale et de proximité avec les Burkinabè», a affirmé Paul Kaba Thiéba devant la presse nationale et internationale.

Il a invité ses ministres à adopter « une nouvelle façon de dialoguer avec les partenaires sociaux parce que la cohésion sociale est nécessaire pour la mise en œuvre réussie du PNDES». 

Le nouveau gouvernement rendu public mercredi, comprend 33 ministres contre 32 dans la précédente équipe. On y constate 9 arrivés et 7 départs.

Les innovations de la nouvelle équipe, c’est la création d’un ministère d’Etat auprès de la présidence du Faso qui échoit au désormais ancien ministre en charge de la Sécurité Simon Compaoré et la transformation en un ministère autonome du ministère de l’Intégration Africaine, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur. 

«La création du ministère d’Etat auprès de la présidence du Faso répond à la nécessité de tirer parti de l’expérience d’un homme comme le ministre d’Etat (Simon Compaoré) qui est un homme d’expérience. Il pourra mettre toute son expérience au service du président du Faso» afin que ce dernier «puisse lui confier, le cas échéant, des missions spécifiques», s’est justifié le Premier ministre.

Le nouveau gouvernement enregistre l’entrée de certains jeunes comme le président des jeunes du parti au pouvoir (MPP) Béchir Ismaël Ouédraogo au poste de ministre de l’Energie, deux acteurs de la  société civile, Harouna Kabore, nommé ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat et Seyni Ouédraogo, nommé ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale. 

«La confiance a été faite aux jeunes pour donner une certaine vitalité et un nouvel élan à l’action gouvernementale afin que cette deuxième phase soit la phase où l’on puisse accélérer le rythme de la mise en œuvre des réformes et des chantiers», a encore affirmé Paul Kaba Thiéba.

Le Premier ministre a lancé «un appel patriotique» à la population à «avoir confiance à l’avenir et au gouvernement » qui, de son avis, « est déterminé à mettre en œuvre le PNDES ».

«Le gouvernement est déterminé à sortir le Burkina Faso de la pauvreté par une action continue et résolue. C’est pourquoi, nous avons besoin cette année de davantage de sécurité sur l’ensemble du territoire national, de davantage de cohésion sociale pour que nous puissions travailler dans la sérénité et dans l’intérêt des Burkinabè ».

Agence d’Information du Burkina

wis/ata