Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina : l’anesthésiste accusé d’homicide involontaire sera situé sur son sort le 14 février

31/01/2018
726

Burkina-Société-Santé-Procès

Burkina : l’anesthésiste accusé d’homicide involontaire sera situé sur son sort le 14 février

Ouahigouya, 31 janv. 2018(AIB)-Le délibéré du procès de l’anesthésiste Nonguézanga Kaboré, inculpé pour non-assistance et d’homicide involontaire sur la personne de Minata Traoré (19ans), est attendu le 14 février 2018, a appris l’AIB mercredi au Tribunal de Grande Instance de Ouahigouya.

Le procès de l’attaché de santé Kaboré Nonguézanga s’est ouvert au Tribunal de Grande Instance de Ouahigouya, le mercredi 31 janvier 2018.

Anesthésiste de son Etat en poste au Centre Médical avec Antenne chirurgicale de Séguénéga (Région du Nord), M. Kaboré est inculpé courant décembre 2012, pour «Non-assistance à personne en danger et d’homicide involontaire».

Minata Traoré, alors âgée de 19 ans, a perdu la vie au CMA de Séguénégua à une période où les agents de santé sur appel de leur syndicat, observaient un mot d’ordre de grève.

Au terme d'un procès qui a duré environ trois heures, le Procureur du Faso, Siméon B. Gnanou, dans son réquisitoire, a estimé que les faits de non-assistance sont suffisamment caractérisés et par conséquent, a demandé la condamnation du prévenu à six mois de prison assortis d’un sursis.

Pour le chef d’accusation d’homicide involontaire, il a demandé la relaxe pour infraction non constituée.

La défense du prévenu qui était assurée par Maitre Prosper Farama a purement et simplement demandé la relaxe de son client. Verdict attendu le mercredi 14 février 2018.

Notons que le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) observe ce mercredi une grève de 24h sur toute l’étendue du territoire pour apporter son soutien à l’accusé.

Agence d’Information du Burkina

bpn/ata