Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Quartier Farakan de Bobo-Dioulasso :le nouveau chef s’appelle El hadj Brahima Sanou

30/01/2018
743

Quartier Farakan de Bobo-Dioulasso

 

Le nouveau chef s’appelle El hadj Brahima Sanou

 

Sa Majesté Sidiki Sanou, chef suprême des Bobo mandarè a procédé, le samedi 27 janvier 2018, à l’installation du 10echef du quartier Farakan de Bobo-Dioulasso, El hadj Brahima Sanou dit « PEYRISSAC ».  

 

La communauté bobo mandarè du quartier Farakan à Bobo-Dioulasso était dans la réjouissance, le samedi 27 janvier 2018. C’est par des pas de danse que les habitants ont assisté à l’installation de leur tout nouveau chef de quartier, El Hadj Brahima Sanou alias « PEYRISSAC ». Ce dernier succède ainsi au 9e chef, Salia Sanou, décédé en 1991. Depuis lors, le poste était vacant. Le chef est assisté dans sa tâche par un secrétaire général et trois adjoints. Bakary Sanou occupe le poste de secrétaire général et de premier adjoint au chef du quartier. Bekay Sanou, ancien maire de l’arrondissement n° 1 de Bobo-Dioulasso, et Dramane Sanou sont respectivement deuxième et troisième adjoints. Ce poste de chef de quartier existe depuis l’époque coloniale selon Bekay Sanou. Il a fait comprendre que celui-ci était l’intermédiaire entre les autorités et les citoyens. Le secrétaire général conseiller du chef de canton à l’époque, était chargé de collecter les impôts auprès des populations, a-t-il ajouté. Aujourd’hui, même si la collecte des impôts ne relève plus de sa fonction, le chef du quartier et ses adjoints demeurent les conseillers du chef de canton. Ils sont aussi chargés de prévenir certains conflits, a-t-il souligné. « Lorsqu’il y a une information, ils sont chargés de la ventiler auprès des populations», a fait savoir Bekay Sanou.

 

Boudayinga J-M THIENON