Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Comités locaux de l’eau Samendeni-Sourou : les membres formés à la gestion et à la planification

29/01/2018
212

Comités locaux de l’eau Samendeni-Sourou

 

Les membres formés à la gestion et à la planification

 

L’ONG Eau vive internationale a organisé une formation au profit des membres des Comités locaux de l’eau Samendeni-Sourou, les 24 et 25 janvier 2018 à Dédougou. Il s’est agi de renforcer leur rôle  dans la participation à la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) et à la planification sur le territoire, du futur Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).

 

 

L’ONG Eau vive internationale a renforcé les compétences des membres des Comités locaux de l’eau Samendeni-Sourou, les 24 et 25 janvier 2018 dans la cité des Bankuy. Selon l’assistante de l’Office international de l’eau (OIEau), Hélène Dentelle, cette formation entre dans le cadre d’un projet de coopération entre l’Agence de l’eau du Mouhoun (AEM) et l’Agence de l’eau Seine Normandie en France. Ce projet a pour but, de renforcer le rôle des acteurs locaux que sont les Comités locaux de l’eau (CLE) en vue de l’élaboration du Schéma d’aménagement et de la gestion des eaux (SAGE). « Avec les CLE, nous avons fait un focus sur comment les impliquer dans l’élaboration de ce schéma, et réfléchir sur les actions qu’ils considèrent prioritaires », a expliqué Hélène Dentelle. Ainsi, les participants ont ensemble déterminé les enjeux et les impacts de Samendéni dans la région des Hauts-Bassins et du Sourou dans la Boucle du Mouhoun. Des enjeux qui se résument à la bonne répartition des volumes d’eau pour tous les usages, au financement et à la mise en œuvre du Schéma d’aménagement et de gestion des eaux des deux barrages, sans occulter les enjeux économiques et environnementaux. Au terme des travaux, les participants ont pris l’engagement de partager les connaissances acquises aux autres membres des différents comités qui n’ont pas pu prendre part à cette session de formation. « Ces deux jours d’échange d’expériences nous ont permis de déceler les difficultés que vit chaque CLE. Ainsi, pendant que certains CLE ont du mal à avoir des financements, d’autres ont des partenaires disposés à les accompagner. Une fois de retour à nos bases, nous nous ferons le devoir de partager ces expériences afin de permettre un bon fonctionnement de nos structures de gestion de l’eau », a dit Lassina Sanou, membre du Comité local de l’eau de Bobo-Dioulasso. Il a ajouté que les CLE en difficulté de financements, ont été invités à développer plus d’initiatives, afin d’attirer les partenaires comme les communes qui bénéficient d’un transfert de compétences dans les domaines de l’eau et de l’assainissement. Du côté des organisateurs, c’est la satisfaction également. « Au regard des débats au cours des travaux, nous restons convaincus qu’ils ont maitrisé le rôle que chaque CLE doit jouer dans l’élaboration du futur SAGE. Et nous nous en réjouissons », a déclaré la chargée de mission partenariat à l’ONG Eau vive internationale, Charlotte Peiffer

Kamélé FAYAMA