Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

CELPAC de Zorgho : la culture par le livre au centre d’une conférence

29/01/2018
180

CELPAC de Zorgho

La culture par le livre au centre d’une conférence

Zorgho, (AIB) - Harouna Timothée Kaboré a animé une conférence au Centre de lecture populaire et d’animation culturelle (CELPAC) de Zorgho le jeudi 18 janvier 2018. « La culture par le livre et le civisme », tel était le thème de cette conférence qui a été précédée de la remise d’un lot de matériel offert par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) au CELPAC. Ce fut en présence de Martin Bako, secrétaire général de la province du Ganzourgou, et de Frédéric Couldiaty, coordonnateur du réseau des CELPAC de l’Est. L’activité a été placée sous la présidence de Toukoumnogo Kaboré, maire de la commune de Zorgho.

Elèves, enseignants, autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses étaient présents dans la salle de rencontres du CELPAC pour non seulement suivre la conférence mais aussi être témoins de la remise officielle du matériel. Pour animer la conférence, Harouna Timothé Kaboré, natif de Torodo, village de Zorgho et auteur du roman « Voyage de nuages » s’est fait accompagner par Jacques Guingané, professeur d’anglais, écrivain et poète depuis 1963. Ensemble, ils ont traité le thème de la culture par le livre et le civisme à travers la présentation du roman intitulé « Voyage de nuages », cinquième et actuellement dernière œuvre de Harouna Timothé Kaboré. Dans sa communication, ce dernier s’est d’emblée posé la question de savoir pourquoi les gens s’intéressent de moins en moins à la lecture pourtant chantée par les générations passées. Pour lui, l’importance du livre n’est plus à démontrer car le bon Dieu lui-même a eu recours au livre pour transmettre son message. Mais aujourd’hui les gens se tournent de plus en plus vers la télévision et l’internet au détriment du livre qui, pourtant, est un réservoir de savoir. « Si nous rejetons le livre, nous allons hériter de l’ignorance », a-t-il dit avant d’ajouter que l’éducation doit être la priorité de tous car une société sans éducation est vouée à l’échec. Pour lui, on voyage et on se cultive à travers la lecture et il est important que l’on se donne le devoir et le temps de revenir à la culture de la lecture et de l’écriture. C’est pourquoi il a invité les participants à se cultiver car à ses yeux « la culture est plus importante que l’argent ». Il a alors saisi l’occasion pour présenter « Voyage de nuages », son dernier roman qui, dit-il, est écrit dans le souci de transmettre le message du comment vivre et réussir ensemble. Dans cette œuvre pleine de suspense, Nimrod, le personnage principal de l’œuvre, et son esclave et complice, Boumboundi, ramènent le lecteur 1 000 ans avant Jésus-Christ en Mésopotamie et le conduisent à la découverte de la vie dans toute sa splendeur mais aussi à travers toute sa rudesse. L’auteur y relève les valeurs mais aussi les tares de la cité à travers un voyage dans le temps et dans l’espace pour appuyer la nécessité de revenir à nos valeurs ancestrales. Pour Harouna Timothée Kaboré, ce livre a une valeur hautement spirituelle et amène à voir en Dieu, un dieu amour, un dieu de paix. Quant à Jacques Guingané, il a classé l’œuvre dans le genre roman historique. Il a brossé les valeurs des traditions africaines pour finir par indiquer que les choses anciennes nous concernent mais que malheureusement nous avons des difficultés à exploiter notre patrimoine. Il a alors invité les lecteurs à exploiter judicieusement l’œuvre pour en tirer le meilleur profit. Les participant ont par la suite posé des questions relatives à la place de la tradition dans l’œuvre, la vision de l’auteur sur la prostitution…L’auteur a dit sa joie au regard de la mobilisation et de la participation et a remercié les autorités communales et le COGES du CELPAC pour cette tribune qui lui a été offerte.

Le roman « Voyage de nuages » ainsi que de nombreuses autres œuvres pourront désormais être consultées au CELPAC de Zorgho. En effet, en cette soirée, Frédéric Couldiaty, coordonnateur du réseau des CELPAC de l’Est, a remis au maire pour le CELPAC, un important lot de matériels, don de l’OIF, s’inscrivant dans le cadre de l’appui de l’OIF au renforcement de la politique nationale de lecture initiée par le Burkina Faso. D’une valeur de plus de 18 millions de F CFA, le don est composé de 1 300 ouvrages pour enfants et adultes, de jeux, d’un équipement télévisuel haut de gamme, de films sur DVD, de tablettes donnant accès à plus de 300 ouvrages et plus d’un million d’articles, d’un ordinateur portable, d’un appareil photo numérique et d’affiches. Ce don a été fortement salué par le maire et le président du Comité de gestion (COGES) du CELPAC qui n’ont pas lésiné dans les remerciements à l’OIF et au ministère en charge de la Culture. Frédéric Couldiaty, tout en invitant le COGES et les abonnés du CELPAC à faire un bon usage du matériel, a souhaité que cela puisse accroître significativement la fréquentation du centre. Il a apprécié la conférence et a invité le COGES du CELPAC a continué dans cette lancé en organisant des rencontres avec des auteurs en vue d’instaurer un dialogue direct entre ces derniers et leurs lecteurs.

Moïse SAMANDOULGOU