Un incendie dont l'origine reste inconnue (pour le moment) s'est déclenché au centre médical de Kongoussi, province du Bam, ce lundi en début de soirée,  faisant des dégâts matériels (correspondant AIB)  // Le Burkina commémore, ce 19 août 2018, le premier anniversaire du décès de Salifou Diallo, ex-président de l'Assemblée nationale // L'activiste franco-béninois, Kémi Séba, à Ouagadougou du 20 au 26 août 2018 (Fasozine.com) //L’attaquant des Etalons, Jonathan Pitroipa  rejoint Paris football club, en ligue 2 française pour une saison //

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Développement de la province du Ziro: les acteurs se concertent à Sapouy

29/01/2018
761

Développement de la province du Ziro

Les acteurs se concertent à Sapouy

Sapouy (AIB) - La première session ordinaire de l’année 2018 du Cadre de concertation provincial du Ziro s’est tenue le jeudi 11 janvier 2018 à Sapouy. Présidée par madame le haut-commissaire, Clarisse Ester Marie Ouédraogo, cette session a vu la présentation de trois structures intervenant dans la province.

Trois communications étaient au menu des échanges de cette première session ordinaire de l’année 2018 du Cadre de concertation provincial (CCP) du Ziro. Il s’est agi premièrement de la mobilisation des recettes fiscales dans la province et les difficultés y afférentes. Selon le premier communicateur, Lucien Waongo, par ailleurs directeur provincial des impôts du Ziro, le taux de recouvrement dans la province est globalement satisfaisante (87,80% pour le budget national et 100,23% pour les budgets locaux). Les principales recettes se résument aux taxes sur le foncier et les armes et aux patentes. Pour lui, la province regorge d’énormes potentialités en matière de recettes qui ne sont pas suffisamment exploitées. Il a illustré ses propos par le faible recouvrement de la taxe de résidence. Il a aussi décrié l’insuffisance du personnel de sa structure qui ne facilite par le travail. La deuxième communication a été faite par le directeur provincial de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle, Tellé Joël Zong-Naba. Après avoir présenté sa direction et énuméré  ses difficultés de fonctionnement, le communicateur a fait une synthèse des activités réalisées en 2017. Il a cité entre autres les séances de sensibilisation et de formation à l’auto-emploi, l’entrepreneuriat,  le civisme et la citoyenneté. Le suivi des centres de formation professionnelle privés, l’assistance à l’élaboration des plans d’affaires ou de documents de micro-projets n’ont pas été en reste dans ses énumérations. Il a aussi passé en revue les différents  projets et programmes du ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle en faveur de la jeunesse burkinabè pour son épanouissement. Le directeur Zong-Naba a aussi présenté les opportunités qu’offrent les différents fonds nationaux de financement des projets des jeunes. Il s’est beaucoup appesanti sur les procédures d’accès à ces fonds.

La Maison d’arrêt et de correction de Léo, qui couvre les provinces de la Sissili et du Ziro, a fait l’objet d’une communication présentée par son directeur Souleymane Zerbo. Du diagnostic de ce milieu carcéral, il ressort que de nombreuses insuffisances entravent son bon fonctionnement. En effet, la Maison d’arrêt et de correction de Léo ne répond pas aux normes pénitentiaires. Elle manque de système surveillance modernisée, de prise en charge adéquate pour les femmes enceintes, les femmes allaitantes et les détenus malades. La faiblesse de son budget joue sur l’alimentation et l’humanisation des conditions de détention. Aussi, elle manque de programme pour la rééducation et la réinsertion socio-économique des détenus. Au regard de ces difficultés, l’administration pénitentiaire a élaboré un plan d’action triennal 2018-2020. Avec un budget de 71 935 000 de F CFA, ce plan s’articule autour de trois axes stratégiques que sont l’humanisation des conditions de détention, la réinsertion sociale des détenus et le renforcement des capacités opérationnelles. Selon le directeur Souleymane Zerbo, l’objectif global de ce plan d’action est l’exécution des peines préventives de liberté dans le respect des droits humains de manière à favoriser la réinsertion sociale des personnes détenues et à lutter efficacement contre le grand banditisme et le terrorisme. Un plaidoyer a été fait à l’endroit des communes relevant du ressort territorial de cette Maison d’arrêt et correction afin de mobiliser des ressources financières complémentaires pour soutenir le budget alloué par l’Etat central. Les acteurs du développement de la province du Ziro ont salué l’avènement de ce document d’orientation stratégique et ont promis de jouer leur partition pour sa mise en œuvre.

                                                                         Yassine SIENOU