Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Revendications des enseignants: Un protocole d’accord signé entre l’Etat et les syndicats de l’éducation

28/01/2018
761

Burkina Faso-Education-Protocole

Revendications des enseignants: Un protocole d’accord signé entre l’Etat et les syndicats de l’éducation

Ouagadougou, 28 janv. 2018 (AIB) -Le gouvernement burkinabè et la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) ont signé, ce dimanche, un protocole d’accord, mettant fin à la crise qui secouait le système éducatif depuis plus de trois mois, a-t-on appris de source médiatique.

Selon le journal en ligne Lefaso.net, l’accord est survenu ‘’à 00 heure précise (…), à la suite d’intenses tractations (menées) ces dernières 72 heures».

Pour le moment, il est difficile d’avoir des précisions sur le contenu du protocole d’accord, souligne le média en ligne, ajoutant que la Coordination syndicale entend d’abord en donner la primeur à sa base.

Toutefois, d’après le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, cité par le confrère, le protocole d’accord signé va permettre de remettre l’école burkinabè sur les rails.

«Nous espérons que dès lundi, nos enfants pourront retrouver le chemin de l’école dans la sérénité», a-t-il affirmé sur les antennes de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), à l’issue de la signature du protocole d’accord, soulignant que «le gouvernement est soulagé».

Pour sa part, le secrétaire général de la CNSE, Wendyam Zongo a assuré que les cours allaient reprendre sans ambiguïté, dans la mesure où «les choses ont bougé» et que «les différents points ont connu une évolution».

Depuis octobre 2017, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) qui regroupe une quinzaine de structures syndicales, organise des mouvements (sit-in, grèves, refus d’évaluer les élèves, etc.), afin d’exiger du gouvernement la résolution de leur plateforme revendicative.

Elle porte sur quatre principaux  points dont le premier concerne l’«adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche».

Le deuxième point porte sur l’«amélioration de l’accès à l’éducation», tandis que le troisième a trait à l’«amélioration des conditions de travail pour une efficacité du système éducatif». Le quatrième point est relatif à la «revalorisation de la fonction enseignante».

A en croire, le coordonnateur du CNSE, Wendyam Zongo qui s’exprimait sur les antennes de la RTB, il y a eu une ‘’évolution’’ sur chacun des quatre points.

Agence d’information du Burkina

ak

 

Crédit photos : Lefaso.net