Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Conseil régional des Hauts-Bassins :de nouvelles salles de classes pour le CEG de Sokouraba

23/01/2018
180

Conseil régional des Hauts-Bassins

 

De nouvelles salles de classes pour le CEG de Sokouraba

 

Le Conseil régional des Hauts-Bassins a construit de nouvelles salles de classes pour le collège d’enseignement général (CEG) de Sokouraba, dans la province du Kénédougou. La remise des clés de l’établissement a eu lieu le vendredi 19 janvier 2018. Un apport apprécié par les populations d’un village presqu’enclavé dans la commune rurale de Kangala.

 

Vendredi 19 janvier 2017, liesse à Sokouraba, un village de la commune rurale de Kangala, dans la province du Kénédougou. Au rythme du Balafon et du tam-tam, des femmes et des hommes ont fait une ronde, dansant et entonnant ensemble un chœur. La raison de cette fête, c’est la remise des clés du deuxième bâtiment du collège d’enseignement général (CEG) construit par le Conseil régional des Hauts-Bassins. Il s’agit de quatre salles de classes et d’un bloc administratif qui viennent s’ajouter aux trois autres salles et un autre bloc administratif. Les élèves, ceux qui n’étaient pas en train de danser, ont formé une haie d’honneur pour accueillir le premier vice-président du Conseil régional, Arouna Barro et sa délégation. L’ambiance a repris de plus belle sur l’aire du CEG à l’arrivée des hôtes. Les balafonistes rivalisaient d’ardeur, et les pas de danses s’accéléraient dans un rythme d’ensemble. Le meilleur danseur n’a pas été connu. Le représentant du chef du village est revenu sur la joie qui anime les habitants de Sokouraba. Pour lui, le CEG est un rêve devenu réalité. « Nous sommes satisfaits de la construction du CEG. Nous avons des enfants qui ne sont pas allés à l’école par manque d’infrastructures. Certains également ont abandonné », a-t-il dit. Le représentant du chef du village a, ce faisant, appelé à l’union et à la solidarité pour l’éducation des enfants.

 

Le mariage précoce, un frein à l’éducation des filles

 

Selon le directeur du CEG, Thomas Ouédraogo, les abandons scolaires concernent beaucoup plus les filles. Son établissement compte en 2018, plus de filles que de garçons, soit 117 filles contre 81 garçons. Dans une classe de la 3e par exemple, sur un effectif de 50 élèves, il y a 34 filles. Malgré cette réalité, M. Ouédraogo a fait comprendre que beaucoup de filles ne franchissent pas la classe de 5e ou de 4e, car données en mariage très tôt, ou du fait que par manque de moyens, les parents refusent de payer leur scolarité. « Le mariage précoce est lié à la pauvreté des parents. Vous savez que les parents sont pour la plupart des agriculteurs », a déclaré Thomas Ouédraogo. La représentante des élèves, Salimata Traoré, en classe de 4e a remercié le Conseil régional des Hauts-Bassins pour la construction du CEG. Elle a fait comprendre que les élèves de cet établissement ont pris l’engagement de travailler.

 

86 millions de F CFA injectés

 

Elle a demandé la mise à disposition du CEG, de manuels didactiques, afin de permettre aux élèves de bien suivre les cours. Pour Lonama Bamba, une autre élève en classe de 3e dans un établissement privé nouvellement ouvert dans le village, l’ouverture du CEG constitue un soulagement. « Il n’y avait pas de second cycle ici. Avant, on partait à Kangala ou à Orodora », a-t-il déclaré. Sokouraba est à une vingtaine de kilomètres de Orodara. C’est un village difficile d’accès, compte tenu de la vétusté de la piste rurale qui y mène. Selon le premier vice-président du Conseil régional des Hauts-Bassins, Arouna Barro, plus de 86 millions de FCFA ont été injectés dans la construction du CEG de Sokouraba. Il dit avoir noté les préoccupations des élèves. M. Barro a fait savoir qu’il va soumettre ces doléances aux autorités chargées de l’éducation, afin de voir comment mettre à la disposition des élèves, soit une bibliothèque, soit une boutique de livres. Il a par ailleurs indiqué que le Conseil régional des Hauts-Bassins a construit un lycée à Dandé, dans la province du Houet, un autre à Houndé dans la province du Tuy. Un CEG a été également construit, a-t-il dit, à Karna et à Tolotama. La remise des clés de ces infrastructures a été faite cumulativement avec celles des nouvelles classes de Sokouraba, a fait comprendre Arouna Barro.

Rabalyan Paul OUEDRAOGO