Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Plaidoyer pour l’éducation des filles dans les Balé : le GERDDES/Burkina s’engage

11/01/2018
345

Plaidoyer pour l’éducation des filles dans les Balé

 

Le GERDDES/Burkina s’engage

 

L’antenne provinciale du GERDDES/Burkina a entrepris, du 26 au 28 décembre 2017, une série d’activités en vue de promouvoir la scolarisation des filles dans les communes de Bana, Boromo et Pa.

 

Selon le coordonnateur provincial de GERDDES/Burkina, Lansina Dao des enquêtes menées dans certains établissements du Burkina Faso ont révélé un taux élevé d’abandons scolaires par les jeunes filles. Toujours selon cette enquête, les causes de cette déscolarisation sont multiples. On peut retenir, entre autres, la fréquentation des sites d’orpaillage par les filles, la persistance du mariage forcé ou précoce, les grossesses précoces et non désirées. Le phénomène d’abandon scolaire par les filles n’épargne pas les communes de Bana, Boromo et Pa. Afin d’y apporter une solution, les clubs unitaires d’action (CUA) desdites communes ont entrepris, du 26 au 28 décembre 2017, des actions en vue de promouvoir l’éducation des filles, a laissé entendre Lansina Dao. C’est ainsi que le CUA de Pa, conduit par Clément Compaoré, a mené des actions au nombre desquelles : l’organisation de théâtre forum sur les inconvénients du mariage forcé, les causeries éducatives dans les établissements sur la santé de la reproduction, un plaidoyer auprès des autorités communales et des associations de parents d’élèves pour la construction d’infrastructures d’accueil des filles, et des échanges des autorités coutumières et religieuses pour les impliquer dans la lutte contre les mariages forcés et précoces. Dans la commune de Bana, le CUA a focalisé ses actions sur le lycée départemental de Bana, où une étude sur la déscolarisation des filles a montré que l’établissement est confronté à un taux élevé d’exclusion des filles, surtout celles qui sont en fin de premier cycle. Selon Ahmed Marcel Gnienhoun, président du CUA de Bana, il revenait au CUA de faire prendre par l’administration du lycée et les responsables communaux, des engagements concrets pour juguler ce fléau d’exclusion des filles. L’action du CUA de Bana, a-t-il poursuivi, a abouti à la prise de deux engagements par l’administration du lycée, notamment la dynamisation du Club d’éveil des jeunes filles du lycée, et l’ouverture d’une série littéraire pour la rentrée scolaire 2017-2018. Ces deux engagements, a-t-il précisé, sont effectifs. Le Club d’éveil des jeunes filles du lycée est fonctionnel et mène des activités de sensibilisation. La série littéraire a aussi vu le jour avec l’ouverture d’une seconde A.

 

                                                                          Moussa BARRO

AIB/Balé