Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Droits fonciers de la femme en milieu rural : la contribution des conseillers municipaux et des agents du secteur rural sollicitée

11/01/2018
255

Droits fonciers de la femme en milieu rural

La contribution des conseillers municipaux et des agents du secteur rural sollicitée

Dori, (AIB) - La Fondation Konrad Adenauer (FKA) a organisé un atelier de formation à Dori, du 19 au 20 décembre 2017, à l’intention des conseillers municipaux et des agents des services techniques de l’agriculture, de l’environnement et de l’élevage sur les droits fonciers de la femme et le pastoralisme.

C’est dans le cadre de son projet « Un seul monde sans faim : les droits fonciers des femmes en Afrique de l’Ouest » que la Fondation Konrad Adenauer (FKA) a organisé la formation de 48 heures au profit des conseillers municipaux et des agents des services techniques de l’agriculture, de l’environnement et de l’élevage sur les droits fonciers de la femme et le pastoralisme. Selon le coordonnateur du projet, Dramani Ouédraogo, cet atelier se situe à un niveau où tous les acteurs du monde rural doivent être impliqués. A l’en croire, les capacités des leaders coutumiers et religieux ainsi que des femmes ont été renforcées. Il a en outre ajouté que le projet a élaboré une charte foncière dont l’objectif est de permettre la gestion de la question foncière dans la commune de Dori. « On ne peut pas faire une telle activité sans associer les agents techniques de l’agriculture, de l’environnement et de l’élevage ainsi que les conseillers municipaux.  C’est dans ce cadre qu’ils ont été impliqués. A cet effet, ils seront outillés pour accompagner la dynamique », a laissé entendre M. Ouédraogo. Au sortir de la formation, le coordonnateur du projet a souhaité que les conseillers municipaux et les agents techniques du secteur rural puissent travaillent en synergie afin de comprendre la problématique et ensuite accompagner les femmes dans leur quête quotidienne de promotion de droits fonciers.

Pour atteindre cet objectif, les participants ont eu droit à quatre modules. Il s’agit de « Rôles, attributions et contributions des conseillers municipaux et des agents techniques à la promotion des thèmes émergents », « Les préventions des gestions de conflits fonciers en lien avec le genre », « Les codes sur le pastoralisme et l’environnement en lien avec le régime foncier », et « Les médiations foncières ». A propos des thèmes émergents, il est question du genre, du changement climatique et du foncier. Quant au 1eradjoint au maire de Dori, Boureima Bokoum, il a estimé que la société pourrait faire davantage pour les femmes qui sont nos mères, sœurs, femmes et enfants. « La famille humaine ne peut cohabiter dans la liberté, la justice et la paix que si chacun de ses membres reconnaît et surtout défend l’égale dignité de chacun des autres membres. Tel est le principe sur lequel repose la Déclaration universelle des droits de l’homme adopté par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 », explique M. Bokoum. Et de conclure en disant que cette déclaration demeure le fondement indispensable et incontestable de la protection internationale des droits fonciers de la femme.

Souaibou NOMBRE