Burkina : les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Coopération Nouvelle Aquitaine - Plateau central : les capacités des membres du comité de suivi renforcées

11/01/2018
320

Coopération Nouvelle Aquitaine - Plateau central

Les capacités des membres du comité de suivi renforcées

Ziniaré, (AIB) - Les membres du comité de suivi des actions du programme de coopération décentralisée entre les régions de la Nouvelle Aquitaine (France) et du Plateau central du Burkina étaient, les 14 et 15 décembre 2017 à Loumbila, en atelier de formation. L'objectif de cette rencontre était de renforcer les capacités des membres afin qu'ils puissent mieux jouer leur rôle.

Dans le cadre de la coopération décentralisée entre les régions de la Nouvelle Aquitaine en France et du Plateau central au Burkina, il est mis en œuvre un programme triennal sur la période 2016-2018. Pour une meilleure exécution de ce programme, il est mis en place un comité de suivi des actions sur le terrain. Ce comité se veut une force de proposition et d'orientation des actions du programme dans la région. Cependant, avec le renouvellement des exécutifs communaux, la plupart des acteurs méconnaissent leur rôle dans la mise en œuvre de ce programme. Au regard des difficultés rencontrées dans le fonctionnement de ce comité, il était impérieux de former les membres à leurs attributions. Cette formation contribuera ainsi à la promotion de la gouvernance et du suivi des actions du programme triennal. Cet atelier de formation avait donc pour objectif de renforcer les capacités des membres du comité de suivi sur les enjeux de la coopération décentralisée afin qu'ils jouent mieux leur rôle. Afin de permettre aux membres de mieux cerner les principes et méthodes régissant la politique de coopération décentralisée et de partenariat au Burkina Faso, plusieurs communications ont été présentées. Ces communications ont permis aux membres de s'approprier les généralités sur la coopération décentralisée et le jumelage, l'inter-territorialité et la structure de coopération décentralisée au Burkina Faso. Ces communications ont été faites par Kadidiatou Somé/Ouattara, directrice de la coopération décentralisée. Citant Kofi Annan, Mme Somé a reconnu que « La seule voie qui offre quelque espoir d'un avenir meilleur pour toute l'humanité est celle de la coopération et du partenariat ». Dans son développement, la communicatrice a précisé que « la coopération décentralisée couvre tous les domaines de compétences des collectivités territoriales. Mais les instruments juridiques doivent préciser les domaines d’intervention qui sont l’objet de partenariat. Cependant, la coopération décentralisée est soumise au contrôle de l’Etat afin de s’assurer qu’elle se mène conformément à la législation/règlementation en vigueur ».

Tout en reconnaissant la contribution de la coopération décentralisée au développement, Mme Somé a  relevé que « plusieurs défis se posent à la coopération décentralisée, à savoir la bonne gouvernance des ressources issues de la coopération décentralisée pour la promotion d’un développement local durable, le défi de la mutualisation des moyens au regard des antagonismes entre acteurs de certaines collectivités dans le cadre de la promotion de l’intercommunalité et la capitalisation des actions de coopération décentralisée ». Les membres du comité de suivi ont ensuite eu droit à une présentation sur la coopération décentralisée entre la Nouvelle Aquitaine et le Plateau central. Cette communication a surtout mis l'accent sur les activités prévues dans le cadre du programme triennal et sur la composition et les attributions du comité de suivi. Le programme triennal 2016-2018 a pour objectif de créer un cadre favorable au développement économique des territoires et à la création d’emplois. Pour ce faire, le programme vise à renforcer l'accompagnement des acteurs économiques, soutenir l'innovation et les filières contribuant à atténuer les effets du changement climatique et renforcer la gouvernance locale comme levier du développement économique des territoires. Le coût total de ce programme triennal est estimé à1 074 573 670 F CFA sur la période 2016-2018. Pour cette année 2017, le plan de travail annuel est évalué à 256 927 439 F CFA. Le financement des activités se fait sur appel à projets conformément aux axes d'intervention du programme.

Abdias Cyprien SAWADOGO