Burkina :  le cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche à Ouagadougou / les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Société des mines de Sanbrado : des infrastructures socio-éducatives inaugurées

11/01/2018
281

Société des mines de Sanbrado

Des infrastructures socio-éducatives inaugurées

Zorgho, (AIB) - Le préfet du département de Boudry, Ibrahim Soré, représentant le haut-commissaire de la province du Ganzourgou, a présidé la cérémonie d’inauguration des infrastructures scolaires et hydrauliques et le lancement de l’opération d’indemnisation des orpailleurs par la Société des mines de Sanbrado (SOMISA), le lundi 18 décembre 2017. Tenue à l’école de Roulghin, la cérémonie a connu la présence du maire de la commune, Djibril Zoéringré, et des autorités de la SOMISA avec à leur tête le directeur Pierre Tapsoba.

Les classes sous paillotes sont désormais un vieux souvenir pour les élèves et les enseignants des villages de Roulghin et de Silmiougou dans la commune de Boudry. En effet, chacun de ces villages dispose maintenant d’une école à trois classes avec des bureaux équipés et des latrines flambant neufs. Depuis la création de ces écoles en 2013, c’est maintenant que les élèves pourront gouter au « luxe » de recevoir les cours dans un bâtiment digne d’une école. Quant aux populations des villages de Pousghin et de Sanbrado, elles disposent désormais d’un forage qui leur offre de l’eau potable. L’ensemble de ces infrastructures est l’œuvre de la Société des mines de Sanbrado (SOMISA), filiale de la société West African Ressources dont le directeur national est Pierre Tapsoba. La cérémonie marquant l’inauguration de ces joyaux a été l’occasion pour la SOMISA de lancer le paiement de l’indemnisation des orpailleurs qui avaient été déguerpis du camp de la société en 2015 et qui y avaient perdu des biens. C’est un chèque de 55 millions de F CFA qui a été symboliquement remis au représentant du syndicat des orpailleurs à cet effet et cela porte à 132 millions de F CFA le geste de la SOMISA. Pour Pierre Tapsoba, ces actions sont un signe que « la société est redevable envers les populations des villages qui l’ont bien accueillie et envers les orpailleurs qui gagnaient leur pain sur ce site et qui ont dû être évacués du site pour que la société puisse mener ses recherches approfondies ». Il s’est excusé des désagréments que ces derniers ont connus et a affirmé son vœu d’une coexistence pacifique avec les différentes populations. A l’en croire, si la mine, bien que n’ayant pas encore commencé l’exploitation, a tenu à faire ce geste, c’est pour exprimer son souci d’un avenir meilleur pour les populations.

Les différents intervenants, au cours de cette cérémonie, ont fortement salué l’action de la SOMISA. Pour Nouhoun Zongo, représentant des élèves de Roulghin, le nouveau bâtiment les réjouit beaucoup. Il a pris l’engagement, au nom de ses camarades, de travailler pour valoriser l’infrastructure.

 Il a toutefois souhaité l’électrification d’au moins une salle de classe pour les études de nuit. Le directeur de l’école, Kassoum Rayaissé, a souhaité un appui pour la réalisation d’un jardin scolaire et l’organisation d’un tournoi de football. Inoussa Bougouma, conseiller pédagogique itinérant de la Circonscription d’éducation de base (CEB) de Boudry 3, représentant la directrice provinciale de l’éducation nationale et de l’alphabétisation du Ganzourgou, a indiqué que rien que sa CEB compte encore 25 classes sous paillotes dont trois écoles entières. Il y a un besoin de plus de 500 tables-bancs sans oublier les bureaux, les armoires et les chaises. C’est pourquoi, tout en remerciant la SOMISA, il a souhaité un effort supplémentaire. Quant à Pascal Ilboudo, représentant les parents d’élèves et Issa Compaoré du syndicat des orpailleurs, ils ont tous remercié la SOMISA pour le geste salvateur et demandé un appui pour la réalisation d’activités rémunératrices afin de subvenir aux besoins des familles.

Le maire et le préfet de Boudry ont alors salué le souci de la SOMISA de rendre les populations heureuses et ont invité les bénéficiaires à bien prendre soin des infrastructures.  C’est par la remise symbolique du chèque de 55 millions de F CFA au représentant des orpailleurs, la découverte du panneau de l’école et la coupure du ruban suivie de la visite des différentes infrastructures que la cérémonie a pris fin.

Moïse SAMANDOULGOU