Burkina :  le cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche à Ouagadougou / les échanges entre le Burkina et le Maroc ont connu une hausse de plus de 22 millions de dollars / le Programme d'urgence pour le Sahel financé à hauteur de 81 milliards de FCFA depuis son lancement en août 2017 / gouvernement prévoit 95 000 tonnes de vivres pour soulager les populations démunies / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Solidarité : les malades mentaux reçoivent un autre regard

09/01/2018
923

Solidarité

Les malades mentaux reçoivent un autre regard

Boulsa, (AIB) -  Le haut-commissaire de la province du Namentenga, Massadalo Yvette Nacoulma/Sanou, a présidé la cérémonie commémorant en différé la Journée des malades mentaux, organisée par l’Association pour le développement intégré Guesbéogo (ADIG) et ses partenaires dans la commune de Tougouri. Elle avait à ses côtés Guetawendé Livingstone Saba, directeur régional de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille du Centre-Nord, représentant son ministre de tutelle. La journée a été placée sous le thème : « Ayons un regard positif sur les malades mentaux qui sont nos frères et nos sœurs ».

Bien coiffés, propres et bien habillés, les malades mentaux étaient assis avec les autres invités, si bien que la distinction était quasiment impossible. « Nous suivons régulièrement une soixantaine de malades mentaux dont dix enfants que nous avons pu identifier dans les communes de Bouroum, Nagbingou, Tougouri et Yalgo. Ces derniers souffrent soit d’épilepsie, de psychose, de schizophrénie ou d’anxiété. Le nombre n’est pas exhaustif. En effet, les pesanteurs socioculturelles, le mauvais regard des autres font que certaines familles cachent leurs malades. Ceux que vous voyez dans la rue sont généralement venus d’ailleurs. Il nous est difficile d’identifier leurs familles pour une quelconque prise en charge », a indiqué Mathieu Sawadogo, agent de Réadaptation à base communautaire (RBC) de Kaya, représentant l’OCADES (Organisation catholique pour le développement économique et social). Tous les intervenants à la cérémonie ont plaidé pour que la société change son regard sur les malades mentaux, pour aller dans le sens du thème de la cérémonie. « Nous ne sommes pas venus d’ailleurs ; nous sommes vos pères, mères, frères et sœurs. Nous vous invitons à comprendre notre mal pour notre bien-être », a demandé Lassané Pascal Kaboré, le représentant des malades mentaux.  Et le président de l’ADIG, Blaise Sandouidi, d’ajouter :« Nous avons la volonté d’œuvrer pour que les malades recouvrent leur dignité mais nous sommes limités par l’insuffisance de moyens. Je saisis cette occasion pour remercier les structures et les personnes de bonne volonté qui nous accompagnent ». En rappel, l’ADIG, depuis sa création en 2006, œuvre inlassablement à promouvoir l’encadrement et la prise en charge psychosociale des malades. Depuis lors, 186 malades ont bénéficié de son soutien. Sensibles à la situation des malades mentaux et aux efforts de l’ADIG sur le terrain, des personnes de bonne volonté ont fait des dons de vêtements, de médicaments, de vivres et de savons. Reconnaissant les efforts que l’ADIG et ses partenaires fournissent sur le terrain, le haut-commissaire de la province les a félicités et a remercié tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette journée.

Jean-Baptiste DAMIBA