Burkina : les familles des victimes du putsch manqué dénoncent des déports en cascades / Dabadi Zoumbara du journal Le Pays remporte le super Galian 2018 / les ministres de la Défense des pays du G5-Sahel appellent à une "opérationnalisation" rapide de la Force conjointe / l'audience du putsch manqué renvoyée au 25 mai /
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Festival international de contes Yeleen de Bobo-Dioulasso : les nouvelles technologies pour vulgariser le conte

08/01/2018
1 074

Festival international de contes Yeleen de Bobo-Dioulasso

 

Les nouvelles technologies pour vulgariser le conte

 

La 21e édition du Festival international de contes Yeleen s’est  tenue, du 26 au 31 décembre 2017, dans le quartier Diarradougou de Bobo-Dioulasso, sous le thème « Conte et nouvelles technologies».

 

La Maison de la parole a organisé, du 26 au 31 décembre 2017, la 21e édition du Festival international de contes Yeleen à Bobo-Dioulasso, sous le thème « Conte et nouvelles technologies». Plusieurs activités ont été au rendez-vous de cette édition, à savoir les soirées de contes, les animations musicales, formations de conteurs, une conférence sur le thème au Centre Djeliya situé dans le quartier Diarradougou, à l’arrondissement 1. C’est le gouverneur des Hauts-Bassins, Antoine Atiou représentant le ministre en charge de la culture, qui a procédé au lancement de cette édition.  Pour la présente édition, les festivaliers sont venus du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, du Mali, du Benin, du Togo, du Niger, de l’Italie, du Liban et de France. Selon le président de la Maison de la parole, Assane Kassi Kouyaté, l’importance des nouvelles technologies n’est plus à démontrer. Selon lui, il faut vulgariser l'oralité avec les nouvelles technologies, et numériser les arts du récit, afin de préserver le patrimoine immatériel. Après 21 ans d'existence, le Festival Yeleen commence un nouveau cycle d’activités de formation, de décentralisation, de collectage, de préservation, de transcription, de traduction, de vulgarisation de la littérature et de la tradition. M. Kouyaté a remercié les journalistes pour leur accompagnement depuis 1997. Le parrain de cette édition, Sékou Haïdara, un opérateur  économique de la cité de Sya, s’est pour sa part, réjoui de la mobilisation des habitants de Diarradougou, tout en  les invitant à toujours soutenir la Maison de la parole dans sa mission de promotion des arts du récit.

 

Boudayinga J-M THIENON