Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Police de l’eau de la Boucle du Mouhoun: quatre agents prêtent serment

08/01/2018
479

Police de l’eau de la Boucle du Mouhoun

 

Quatre agents prêtent serment

 

Quatre agents de la police de l’eau de la Boucle du Mouhoun ont prêté serment devant le Tribunal de grande instance de Dédougou, le vendredi 29 décembre 2017. C’était en présence de nombreux justiciables de la cité de Bankuy.

 

Ils étaient quatre à prêter serment au Tribunal de grande instance de Dédougou, le vendredi 29 décembre 2017. Ce sont les agents de la police de l’eau de la Boucle du Mouhoun, à savoir Dofini Oscar Tamini, Adama Konaté, Vincent Koudougou et Bakary Koura, tous  relevant de la direction régionale de l’eau et de l’assainissement. Ils ont juré devant le Tribunal et les justiciables, de loyalement remplir les fonctions d’agents de la police de l’eau, d’exécuter les instructions des magistrats du parquet, et de ne rien révéler ou utiliser de ce qui sera porté à leur connaissance dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice desdites fonctions, d’observer les devoirs qui leur sont imposés et de se conformer aux lois et règlements. Un serment, a rappelé le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Dédougou, Aly Benjamin Coulibaly, qui s’il est considéré comme une formalité, est assez complet et complexe. En jurant de remplir loyalement leurs fonctions et d’exécuter les instructions des magistrats du parquet, l’Etat invite les agents de la police de l’eau à agir dans le respect de la loi, dans le cadre de ces fonctions. Et c’est en agissant dans le strict respect de la loi, a conseillé le procureur du Faso, que ces désormais agents de la police de l’eau pourront se protéger de tout manquement qui pourrait les conduire devant les tribunaux, pas pour prêter serment, mais cette fois, pour répondre des actes qu’ils auraient posés en porte-à-faux avec les textes juridiques. « Vous serez amenés à prendre des décisions, à exécuter des instructions, mais vous devez tout faire pour que cela soit dans le cadre des lois et règlements. Il va vous paraître souvent difficile, voire irréaliste, peut-être même inhumain parce que vous poserez des actes qui interpelleront votre conscience, mais laissez votre conscience de côté et faites ce que la loi vous impose de faire. C’est en agissant dans le respect de la loi que vous aurez la conscience tranquille, et éviter d’être en conflit avec les textes juridiques », a dit le procureur du Faso aux agents assermentés. Toujours selon lui, lorsque ces agents   viennent à constater des infractions dans le cadre de leur fonction, ils doivent nécessairement et sans délais, informer le procureur du Faso ou son substitut afin d’exécuter les instructions qu’ils auront reçues. Aussi, comme mentionné dans le serment, les quatre agents de la police de l’eau sont tenus de garder les secrets, dans l’exercice ou à l’occasion de leurs fonctions. Ainsi, tout ce qu’ils constateront dans le cadre du service doit rester au service, au cas contraire, ils auraient violé leur serment, a indiqué le procureur du Faso. Conscients de la lourde responsabilité qui leur incombe dans la préservation de l’eau, les nouveaux agents de l’eau, par la voix de Adama Konaté, entendent d’abord sensibiliser les populations, avant de passer à la répression.

Kamélé FAYAMA