Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'une stèle en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Au Burkina l’on constate l’absence de liberté syndicale (Responsable syndical)

03/01/2018
761

Burkina Faso-Syndicalisme-Liberté

Au Burkina l’on constate l’absence de liberté syndicale (Responsable syndical)

Ouagadougou, 3 janv. 2018 (AIB) Au Burkina Faso, l’on assiste de plus en plus à une absence de liberté syndicale, a déclaré le président de mois de l’Unité d’action syndicale (UAS), Augustin Blaise Hien, en marge de la commémoration du 52eanniversaire du premier soulèvement populaire dans le pays.

Selon M. Hien, par ailleurs Secrétaire général (SG) de la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (SNTB), cette absence de liberté syndicale est moins ressentie dans le secteur public que dans le privé.

«Aujourd’hui, dans certaines entreprises privées, si vous levez le doigt pour dire que vous êtes syndiqué ou un syndicaliste, vous êtes renvoyé. Si vous avez un contrat à durée déterminée, on ne renouvelle pas votre contrat», a-t-il argumenté.

A entendre Augustin Blaise Hien, les travailleurs burkinabè n’ont pas le droit de s’exprimer. Et d’ajouter que «c’est ce que l’on appelle l’absence de liberté syndicale».

Le président de mois de l’Unité d’action syndicale (UAS) s’exprimait, mercredi matin à Ouagadougou, en marge de la commémoration du 52e anniversaire du premier soulèvement populaire en Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso).

A l’occasion, les responsables syndicaux ont organisé un panel autour du thème: «Historique du 3 janvier 1966: les atteintes à la liberté syndicale».

La rencontre a permis d’évoquer «Les licenciements abusifs des délégués syndicaux et délégués du personnel et la non application des décisions de justice», ainsi que «La proposition de loi (de l’Assemblée nationale) relative à l’exercice du droit de grève dans les services publics».

Agence d’information du Burkina

ak/ata