Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le Président Kaboré annonce une réforme du système des rémunérations des fonctionnaires dès février prochain

02/01/2018
669

Burkina-Discours-Nouvel-An

Le Président Kaboré annonce une réforme du système des rémunérations des fonctionnaires dès février prochain

Ouagadougou, 01 janv.2018(AIB)-Face aux intempestives revendications salariales, le gouvernement engagera dès février 2018, une réforme du système des rémunérations «pour plus d'équité et de justice sociale», a
annoncé le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré.

M. Kaboré qui s’adressait le dimanche 31 décembre 2017 à ses concitoyens, à l’occasion des vœux de nouvel an, a précisé que la persistance des revendications salariales des travailleurs dans les différents secteurs se pose avec acuité.

D’où la nécessité pour lui de recourir à une réforme du système des rémunérations pour «plus d’équité et de justice sociale».

«Il n’est plus possible de continuer à avoir une approche sectorielle qui a conduit à l’impasse dans laquelle se trouve notre Fonction publique et notre économie dont les capacités internes d’investissement en faveur de la majorité des Burkinabè sont mises à rude épreuve», a indiqué M.Kaboré.

Le Chef de l’Etat a précisé qu’il est important de mettre fin à la méthode qui consiste à régler les revendications des travailleurs au cas par cas, avec «pour conséquence d’entrainer des distorsions énormes de traitements».

Depuis des avantages jugés colossaux accordés aux magistrats en avril 2016, la Fonction publique burkinabé est régulièrement en ébullition.

«Ce n’est pas en nous enlisant dans l’incivisme, dans les grèves perlées et le dialogue de sourds que nous pourrons accélérer le développement au profit de tous», a-t-il expliqué.

On rappelle que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, invitait vendredi dernier, les enseignants qui protestent pour la satisfaction de leur plateforme revendicative, depuis plusieurs semaines, à prendre en compte «l’avenir immédiat de l’école et des enfants burkinabè».
Agence d’information du Burkina
als/ata