Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Amélioration génétique des animaux : les enjeux de la loi de règlementation expliqués aux acteurs du centre-sud

02/01/2018
810

Amélioration génétique des animaux

Les enjeux de la loi de règlementation expliqués aux acteurs du centre-sud

Manga, (AIB) - Le Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA) a initié, le vendredi 29 décembre 2017 à Manga,  un atelier de diffusion de la Loi 037 portant règlementation de l’amélioration génétique du cheptel au Burkina Faso et ses décrets d’application. Il s’est agi d’apporter des rudiments d’informations sur les enjeux de loi aux acteurs de la région du centre-sud.

Le gouvernement burkinabè a entrepris la règlementation de l’amélioration génétique des animaux par l’adoption de la Loi n°037 du 11/10/2012. Dans l’optique de la dissémination de ladite loi à travers le pays, le Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA), dans la mise en œuvre de sa composante « amélioration de la production vivrière », a initié une série de rencontres avec les responsables des Organisations professionnelles d’éleveurs (OPE) et les agents qui les encadrent. L’équipe affectée à la tâche était, à ce titre, à Manga le vendredi 29 décembre 2017 pour échanger avec les acteurs de la région du centre-sud. Aux dires du secrétaire permanent en charge des ressources animales du ministère des Ressources animales et halieutiques (MRAH), docteur Jean Marie Batiebo, la loi 037 vise à encadrer les acteurs et éviter les dérives dans la pratique de l’amélioration génétique des cheptels. « Amener un reproducteur d’ailleurs pour mettre dans son troupeau peut être bénéfique mais il peut aussi entrainer des risques », a-t-il expliqué. De ce fait, pour lui, il sied donc de montrer aux acteurs concernés ce qui est autorisé et défendu. Cela est d’autant important, a-t-il ajouté, car certaines conséquences peuvent avoir un impact sur l’activité pastorale toute entière qui est un secteur capital de l’économie du Burkina Faso. Se réjouissant de l’opportunité offerte aux acteurs régionaux de mieux s’imprégner des enjeux de la Loi 037 et de ses décrets d’applications, le directeur régional en charge des ressources animales, Brahima Sow, a salué la tenue de l’atelier tout en invitant les participants à s’approprier les textes et à faire l’écho de ces dispositions  dans leurs milieux respectifs.

 

Mamady ZANGO