Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Association Actions Femmes-Epanouies/Association Pour le Développement: un projet de renforcement de l’autonomisation socio-économique des femmes et des filles

02/01/2018
664

Association Actions Femmes-Epanouies/Association Pour le Développement

Un projet de renforcement de l’autonomisation socio-économique des femmes et des filles

Léo, (AIB) - L’association Actions Femmes-Epanouies/Associations Pour le Développement (AFE/APDD) avec l’appui de l’UNESCO, a organisé du 27 au 29 décembre 2017 à Léo, des activités de sensibilisation et de formation dans le cadre de son projet de renforcement de l’autonomisation socio-économique des femmes et des filles déscolarisées de la région du Centre-Ouest du Burkina-Faso.

La cérémonie d’ouverture des activités de sensibilisation et de renforcement des capacités des femmes et leurs conjoints ainsi que des filles déscolarisées de la province de la Sissili a été présidée par le Maire de la commune de Léo, Abdoul Manane Nébié. Le développement durable que nous appelons de tous nos vœux ne peut se faire ni par l’Etat seul, ni par les collectivités que nous sommes dixit le premier Magistrat de la commune de Léo Abdoul Manane Nébié. Le développement est l’affaire de tous les autres acteurs que sont les organisations de la société civile a-t-il martelé. Avant de se réjouir des actions de l’Association actions Femmes Epanouies/Association Pour le Développement (ndlr; AFE/APD). Il a de ce fait félicité la Promotrice Denise Nébié/Zoma pour cette initiative. Il a enfin encouragé les participants (es) à s’engager à suivre les activités avec assiduité les différentes formations pour l’atteinte des objectifs escomptés. Dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), le Burkina doit améliorer ses indicateurs de développement. Toute chose qui nécessite la prise en compte de l’épineuse problématique de l’autonomisation socio-économique de la femme a fait remarquer la Présidente de l’AFE/APD, Denise Nébié/Zoma. Malgré les efforts consentis par le gouvernement, les collectivités et les organisations de la société civile en faveur de l’autonomisation économique des femmes et de l’emploi des déscolarisés et non scolarisés l’on continue toujours de constater des inégalités d’accès aux services sociaux de base, aux facteurs de protections, aux sphères de décision politiques. Cette situation est renforcée dans les zones rurales a-t-elle déploré. Toute la problématique de l’autonomisation socio-économique des femmes et des filles découle de leur statut, de leur place, rôle et fonction attribués par la société et culturellement justifiés. On constate cependant une évolution de statuts, rôle et fonctions. Malheureusement, dans les zones rurales subsistent toujours des résistances, des facteurs d’inégalités tels que la méconnaissance des droits basiques, droit à l’éducation, à la santé, à la santé, à l’intégrité physique, à la participation citoyenne a-t-elle expliqué. Avant de lancer une invite à tous les acteurs de développement à intégrer aux différentes actions la dimension autonomisation psycho-sociale, à travers l’aide à la déconstruction et à la reconstruction de la personnalité, l’apprentissage du leadership et de la pensée par soi-même, la valorisation des compétences de vie a-t-elle conclut. A la suite de la cérémonie d’ouverture, les participants en majorité des femmes et des filles déscolarisées de 15à 2à ans ont eu droit à deux communications. La première, animée par l’éminente Magistrat Berth Somé/Kambou et a porté sur les droits et devoirs et les recours judiciaires en cas de violation des droits de la femme. La deuxième communication a été animée par Abdoul Fathao Tagnan par ailleurs agents de santé au CSPS du secteur N°3 de Léo et a porté sur la santé sexuelle et reproductive. La première communication a permis aux femmes de s’informer qu’elles ont les mêmes droits que leurs conjoints ; le droit à la vie à l’intégrité physique, d’aller et revenir, politique, d’exercer une activité économique à la distraction et que sais-je. Au-delà du fait qu’elles ont des droits, elles ont aussi des devoirs vis-à-vis de leur conjoint de la société, de leurs enfants etc. en outre, elles ont été sensibilisées sur les voies de recours en cas de violation de tous ses droits. Les questions de compréhension et les témoignages des unes et des autres ont agrémenté ces deux communications. Les 72 dernières heures ont été ensuite consacrées à la formation des femmes et leurs conjoints et les filles déscolarisées. Cette formation qui a été assurée par Ousséni Nébié, conseiller pédagogique à la retraite a eu pour thème; le leadership et la valorisation des compétences. C’est la première fois qu’un projet dans son approche met la femme au cœur de ses propres difficultés et la valorisation de ses compétences. A l’issu de la session, le projet accompagnera celle qui le souhaitent à identifier et mettre en œuvre un projet de vie identifié à relever la présidente de l’AFE/APD Denise Nébié/Zoma. Ces activités s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du projet de « renforcement de l’autonomisation socio-économique des femmes et des filles déscolarisées de la région du Centre-Ouest du Burkina-Faso » dont le lancement est intervenu le 16 décembre 2017 à Koudougou.

OLIVIER ALEXANDRE NIGNAN

       AIB/Léo