Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Opérationnalisation des Services sociaux communaux :les acteurs conviennent de la nécessité d’accélérer le processus

02/01/2018
732

Opérationnalisation des Services sociaux communaux

Les acteurs conviennent de la nécessité d’accélérer le processus

Fada N’Gourma, (AIB) - Le projet Fonds enfants, en partenariat avec la Direction de la Promotion de l’Education sociale et des Services Sociaux (DPESS), a organisé, le jeudi 30 novembre 2017, un atelier régional d’échanges en vue d’informer et de sensibiliser les communes sur la démarche d’ouverture et d’opérationnalisation des Services sociaux communaux.

Dans le cadre de sa mission d’appui à la politique du gouvernement en matière de  promotion et de protection des droits de l’enfant, le Fonds de lutte contre la traite et les autres pires formes de travail des enfants (Fonds Enfants), a contribué à l’ouverture de 22 Services sociaux communaux (SSC) dont 12 à l’Est et  10 au Sud-Ouest. Ces services de proximité, logés au sein des mairies sont animés par des travailleurs sociaux mis à disposition par l’Etat. Toutefois, bon nombre de communes se butent à des difficultés dans leur démarche d’ouverture  du SSC pour diverses raisons : incompréhensions sur les procédures à suivre, délais d’attente trop longs liés aux procédures administratives de mise à disposition du travailleur social. Afin de trouver une solution à ce problème, le projet Fonds Enfants, en partenariat avec la Direction de la Promotion de l’Education sociale et des Services Sociaux (DPESS), a organisé un atelier régional d’échanges avec les parties prenantes de l’Est, le jeudi 30 novembre 2017, à Fada N’Gourma. A l’ouverture des travaux, l’assistance composée d’acteurs régionaux en charge de la Solidarité nationale et des maires ont eu droit à une communication sur la démarche d’ouverture d’un SSC. Par la suite, des échanges directs ont permis à chaque commune d’évoquer ses préoccupations et de réaffirmer l’urgence du fonctionnement effectif des SSC. La chargée de programme et de renforcement des capacités du projet Fonds Enfant, Natalie Ouédraogo, elle, a déploré l’état d’avancement du processus : « Des communes ont introduit depuis longtemps des demandes de personnels. Malheureusement, jusque-là, elles n’ont obtenu aucune notification des ministères de tutelle ». Pour Mme Ouédraogo, il y va de l’intérêt des départements impliqués d’accélérer la procédure afin de soulager les populations rurales de plus en plus vulnérables. Et le directeur régional de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille de l’Est, Abdoul Karim Tiendrebeogo, de rassurer que les différentes requêtes ont été transmises à la direction des ressources humaines, chargée de l’élaboration de l’arrêté portant mise à disposition de personnel. «Il y a des étapes à respecter et cela prend un peu de temps. Nous ne pouvons pas nous engager à affecter des collaborateurs sur le terrain sans respect de la norme administrative », a-t-il expliqué. En attendant que le processus aboutisse, le maire de la commune de Tibga, Christophe Ouoba, a souhaité que la direction régionale en charge de la solidarité nationale leur fournisse des agents dans l’urgence. Car, à l’en croire, dans sa commune par exemple, plusieurs cas sociaux attendent d’être pris en charge.

Joanny SOW