Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Commune rurale de Toeghin : l’association Relwendé de Zipélin appelle à l’entente

02/01/2018
749


Commune rurale de Toeghin

L’association Relwendé de Zipélin appelle à l’entente

Boussé, (AIB) - Les forces vives de la commune rurale de Toéghin se sont rencontrées le 9 décembre 2017 à Zipélin. Une initiative de l’Association Relwendé de Zipélin (ARZ) soutenue par les élus nationaux de la province du Kourwéogo et les ressortissants de la localité.  Cette concertation a eu pour but de plaider pour la réconciliation des leaders politiques.

Selon le président de l’Association Relwendé de Zipélin (ARZ),Ousmane Tapsoba, la communalisation intégrale implique que chaque localité prenne sa destinée en main. Dans ce contexte, dit-il, ce sont les communes dans lesquelles les populations sont unies et engagées, qui auront la chance de remporter le pari du développement social et économique. A Toéghin, poursuit-il, la vie sociale est marquée par une division plus ou moins prononcée de ses enfants. « Cette situation a pris une ampleur préoccupante après les dernières élections municipales. C’est dans le but de ramener la sérénité au sein de l’instance dirigeante de la commune que l’ARZ plaide pour que les leaders d’opinion dépassent leurs divergences pour se donner la main », a-t-il terminé. Dans son exposé, Ali Sawadogo, ex-secrétaire général de la mairie de Boussé, sollicité à cet effet, a expliqué la notion de démocratie en mettant l’accent sur les droits et devoirs du citoyen dans le contexte de la décentralisation. Le communicateur s’est aussi attardé sur l’importance de la cohésion sociale dans la mise en œuvre des plans de développement communaux. Le député Ousmane Diallo a, pour sa part, estimé que les conflits naissent souvent de la méconnaissance que certains acteurs ont de leurs attributions. Aussi a-t-il focalisé son intervention sur le sens des élections, le rôle et la place des élus, des autorités coutumières et religieuses, des conseillers villageois de développement, des organisations de la société civile et des partenaires au développement. En état de cause, pense-t-il, la politique ne doit plus être un facteur de division. Les envolées verbales et autres propos désobligeants des périodes de campagnes électorales doivent être considérés comme du rakiré (NDLR : parenté à plaisanterie). Il a appelé les populations de Toéghin à conserver leurs liens habituels de solidarité en dépit des aléas politiques. Dans son adresse, Naba Sonré, chef de Nabrabogo, a fait remarquer que le train du développement est en marche. Il s’arrête, dit-il, dans chaque localité et adapte son rythme aux réalités sociales et au dynamisme de ceux qui l’accueillent. Le neveu a pour cela appelé ses oncles à travailler pour la consolidation de l’entente pour créer ainsi un environnement propice au décollage socio-économique de la commune de Toéghin. Les représentants du maire et des notabilités coutumières de la localité ont témoigné leur reconnaissance à l’ARZ pour son initiative et à l’ensemble des intervenants pour leur contribution à cette œuvre de réconciliation. C’est la preuve, ont-ils dit, de l’importance accordée à la paix et à l’épanouissement dans leur commune.

Daouda BARRO