Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Les défis sécuritaires et les grèves ont entaché la croissance économique au Burkina, selon le président Kaboré

30/12/2017
253

Burkina-Vœux-Réaction

Les défis sécuritaires et les grèves  ont entaché la croissance économique au Burkina, selon le président Kaboré

Ouagadougou, 30 déc. 2017 (AIB) - «Le Burkina  aurait pu donner une plus grande amplitude à sa croissance économique n’eurent été les défis sécuritaires et les grèves dont les conséquences sont dommageables», a relevé vendredi, le  président du Faso  Roch Marc Christian Kaboré, au cours d’une cérémonie de présentation de vœux aux corps constitués.

A en croire  le Chef de l’Etat burkinabè, la région Ouest africaine a été marquée en 2017 par la recrudescence des attaques terroristes dans la bande sahélo-saharienne dont le Burkina qui a  connu de nombreuses victimes et des blessés.

«Ce combat sans merci contre les réseaux terroristes et les trafiquants de tous ordres qui écument la région contribuera à consolider la paix et à lever les contraintes liées à l’insécurité qui pèsent sur les économies de nos Etats», a-t-il souligné.

A ces difficultés s’ajoutent, selon lui, «de nombreux mouvements sociaux qui se sont traduits par des sit-in et des grèves à répétition, par moments, dans le non- respect de la législation en la matière».

«Je lance un appel solennel à tous les acteurs de la communauté nationale, principalement les corps constitués, afin qu’ensemble, nous poursuivions la construction de l’Etat de droit par la transformation structurelle de l’économie burkinabè pour une croissance forte et créatrice d’emplois décents», a indiqué le président du Faso.

M. Kaboré a également appelé les syndicats de l’éducation en grève depuis plusieurs semaines à «observer la plus grande retenue, car il s’agit ici de l’avenir immédiat de l’école burkinabè et donc de celui de nos enfants».

Ces mouvements entamés par les enseignants, visent à réclamer, entre autres, l’adoption d’un statut valorisant le personnel et  la revalorisation de la fonction enseignante.

Agence d’information du Burkina

als/ak