Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'une stèle en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Avènement de la TNT au Burkina: de nombreux défis restent à être relevés (responsable de télé privée)

29/12/2017
597

Burkina-Médias-TNT

Avènement de la TNT au Burkina: de nombreux défis restent à être relevés (responsable de télé privée)

Ouagadougou, 29 déc. 2017 (AIB)- Le Directeur général de la chaîne de télévision privée Bf1, Yssouf Saré, a déclaré, jeudi à l’occasion du lancement de la Télévision numérique terrestre (TNT) qu’avec l’avènement de cette technologie,  de nombreux défis restent à être relevés, au niveau de l'Etat ainsi qu'au niveau des éditeurs de services.

 «Ce lancement est une victoire d'étape parce qu'il y a encore de nombreux défis à être relevés. Autant la mise en œuvre de la TNT constitue un défi pour l'Etat, autant son avènement constitue un challenge pour les chaînes de télévision», a indiqué Yssouf Saré.

Il s'exprimait jeudi après-midi à Ouagadougou, lors du lancement officiel de la diffusion audiovisuelle via la Télévision numérique terrestre (TNT) au Burkina Faso.

Selon lui, la couverture effective de l'ensemble du territoire, l'appropriation de la TNT par la majorité  des Burkinabé, la diffusion sans interruption et sans perturbation du signal des éditeurs de service de télévision, etc., sont autant de défis à être relevés par l'Etat.

M. Saré a également indiqué que les chaînes de télévision doivent relever les défis, d'une part, de leur viabilité économique et  d'autre part, assurer la production de programmes de qualité, leur permettant d'être compétitives au plan national et international.

«A défaut de programmes de qualité, notre audience ira grossir l'audience des chaines internationales. Il appartient donc à l'Etat de créer des conditions idoines pour l'essor économique des  chaines de télévision», a-t-il  insisté.

Le DG de Bf1 a aussi indiqué qu'avec la TNT, il s'agit pour le Burkina Faso d'occuper son espace audiovisuel avec du contenu afin de promouvoir et de valoriser le savoir-faire et le savoir être burkinabé.

«Plus les chaînes nationales seront performantes et compétitives, plus la culture burkinabé pourra rayonner dans le paysage audiovisuel national et international où  la notion de frontière n'existe plus », se convainc-t-il.

Pour Issouf Saré, la plupart des chaines de télévision vivent dans la précarité et il ne faudrait pas que le payement des tarifs de diffusion vient constituer un poids supplémentaire dans leurs différentes charges.

De son côté, le ministre en charge de la Communication, Remis Fulgence Dandjinou, a déclaré que  le gouvernent va entreprendre des échanges avec les éditeurs de service sur le payement de la redevance de diffusion.

Avec 14 chaines nationales disponibles pour le moment et une couverture nationale  actuelle de 70%, le Burkina Faso a conclu, jeudi, son projet TNT et devient en la matière le premier pays dans l'espace UEMOA et CEDEAO à se lancer dans cette nouvelle ère technologique.

Agence d’information du Burkina

at/ak