Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Lancement de la TNT, justice et politique meublent la Une des quotidiens burkinabè

29/12/2017
137

Burkina Faso-Presse-Revue

Lancement de la TNT, justice et politique meublent la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 29 déc. 2017 (AIB) Les quotidiens burkinabè traitent, ce vendredi, de sujets variés dont ceux liés  à la justice et à la politique, avec un accent particulier sur le lancement officiel, la veille, de la Télévision numérique terrestre (TNT).

«Télévision numérique terrestre: le signal est enfin là !», s’exclame le quotidien d’Etat Sidwaya qui montre à sa Une, l’image du Haut représentant du président du Faso, Moumina Chériff Sy, en train d’activer symboliquement le signal TNT, en compagnie du ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.

A ce sujet, Aujourd’hui au Faso qui affiche: «Médias: La TNT désormais opérationnelle», rapporte que la cérémonie de lancement de la TNT a eu lieu hier jeudi à Ouagadougou.

«Ce sont au total quatorze chaines nationales gratuites publiques, privées qui ont été mises à la disposition des téléspectateurs burkinabè», écrit le journal.

De son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè considère que le lancement de la TNT au Burkina Faso est un «pari gagné».

Dans le volet justice, les journaux ont largement commenté la prestation  de serment de nouveaux membres au Conseil constitutionnel, la plus haute institution judiciaire du Burkina Faso.

Ainsi Aujourd’hui au Faso et Le Quotidien titrent en chœur: «Conseil constitutionnel: Trois nouveaux membres prêtent serment», précisant que la cérémonie de prestation de serment a eu lieu, hier jeudi et a été présidée par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

En politique, Le Pays, autre quotidien privé, revient sur l’an II du président Kaboré au pouvoir, faisant remarquer que «les Burkinabè (sont) partagés entre satisfaction et déception».

Pendant ce temps, Aujourd’hui au Faso, dans sa lettre de l’éditeur à l’occasion de la nouvelle année qui s’annonce,  mentionne ceci en guise de tire: «Burkina Faso: Et pourtant, Roch le président-C130 carbure fort !».

Le même journal consacre sa manchette au ministre en charge des Infrastructures Eric Bougouma, considéré comme son «homme de l’année».

Quant à L’Observateur Paalga, il trouve que l’homme de l’année 2017 au Burkina Faso est le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré.

Et le confrère de souligner que «s’il y a une personnalité qui a particulièrement fait parler d’elle ces douze derniers mois, c’est bien Simon Compaoré, mais pas toujours en bien».

Les journaux n’ont pas omis l’élection présidentielle au Libéria. Ainsi, le quotidien national Sidwaya plaque simplement: «George Weah élu au second tour».

Evoquant cette élection, Aujourd’hui au Faso titre: «Mister George, mister président: le ballon rond mène à tout», tandis que L’Observateur Paalga parle du «Coup franc magistral de George Weah».

Agence d’information du Burkina

ak/apa