Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Soutien à l’entrepreneuriat à Bobo-Dioulasso : un crédit en faveur de dix jeunes

27/12/2017
1 798

Soutien à l’entrepreneuriat à Bobo-Dioulasso

 

Un crédit en faveur de dix jeunes

 

Le projet Micro2 a remis des chèques à dix jeunes entrepreneurs, le samedi 23 décembre 2017 à Bobo-Dioulasso. Chacun d’eux a reçu deux cent cinquante mille (250 000) F CFA à rembourser sur un an, avec un taux d’intérêt de 5%.

 

Dix jeunes entrepreneurs ont reçu du « carburant » pour lancer leurs activités. Ils ont en effet bénéficié d’un financement à hauteur de 250 000 F CFA chacun, à rembourser sur une année, avec un taux d’intérêt de 5%. C’est le projet Micro2 qui a procédé à la remise des chèques, le samedi 23 décembre 2017 à Bobo-Dioulasso. Ledit projet a été mis en place par trois structures qui sont : Roots and wing de Becker (des routes et des ailes), le Réseau international des opportunités d’affaires (RIO-BUSINESS) et la Coopérative d’épargne et de crédit (COOPEC-GALLOR). Selon le coordonnateur du projet, Mamadou Traoré, également président directeur général de RIO-BUSINESS, les bénéficiaires ont d’abord été formés en entrepreneuriat et en gestion d’entreprise. A l’issue de la formation, un appel à projet a été lancé. Parmi les soumissionnaires, c’est au final dix qui ont réussi. « Un comité a été mis sur pied pour étudier les projets. Au départ, 20 projets ont été sélectionnés. A l’issue de l’entretien, dix ont été retenus », a fait savoir Mamadou Traoré. Il a ajouté que les bénéficiaires du crédit vont être suivis dans le cadre de la mise en œuvre de leurs projets.« Après le financement, il y a le suivi et les conseils, et même le recouvrement qui s’ensuivent. Il faut que nous les accompagnions pour évaluer leurs projets », a indiqué M. Traoré. Pour Clément Pooda, un des bénéficiaires, le financement va lui permettre de renforcer son élevage dans le Sud-Ouest. « Ce fonds que j’ai reçu va me permettre de m’équiper et de maximiser ce que j’ai commencé »,s’est-il réjoui. 

 

Rabalyan Paul OUEDRAOGO