Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Loroum : Le conseil municipal de Ouindigui à l’épreuve de la redevabilité citoyenne

27/12/2017
3 268

Loroum : Le conseil municipal de Ouindigui à l’épreuve de la redevabilité citoyenne

Titao, (AIB)-Le Maire de la commune de Ouindigui, Augustin Mamadou Younga était face à ses administrés le samedi 16 décembre 2017. Objectif, rendre compte de sa gestion 2017 aux populations. Cette activité qui a été facilitée par l’Association Monde Rural (AMR) a connu la présence du Secrétaire général de la province du Loroum, M. Saïdou Guigma.

La gestion de la chose publique incombe qu’on rende compte. Et cet exercice est incontournable si l’on veut garder la confiance des populations de plus en plus enclines à demander des comptes.

C’est pourquoi dans son mot d’ouverture, le Secrétaire général de la province du Loroum, M. Saïdou Guigma s’est réjoui de la tenue de cette activité de dialogue et d’interpellation citoyenne dans la commune de Ouindigui.

«La tutelle apprécie à sa juste valeur l’esprit de redevabilité dans la commune de Ouindigui à travers la tenue de cette séance d’interpellation communautaire», a-t-il dit avant de remercier les partenaires qui soutiennent la commune de Ouindigui dans ce sens.

Avant lui, ce sont les représentants des communautés religieuses et coutumières, des personnes âgées, de la jeunesse et des femmes qui ont tour à tour salué cette initiative.

Pour le maire de la commune de Ouindigui, cette activité s’inscrit en droite ligne de l’axe I du programme national de développement économique et social (PNDES).

Il s’agit de rendre compte aux populations de la gestion des fonds alloués à la commune et de susciter leur implication au développement local. 

«Nous travaillons au nom et pour le bonheur des populations et nous devons de leur rendre compte. » a-t-il déclaré. Pour M. Younga, la gestion municipale étant une continuité, il y a lieu de féliciter les devanciers et exhorter l’équipe actuelle à poursuivre cette action d’amélioration des conditions de vie des populations.

Pour l’exercice 2017, les recettes et  les dépenses prévues s’élevaient à 279 millions 556 mille 181 FCFA. Mais à la date du 30 septembre 2017, seul 55% de ces prévisions ont été mobilisées. Ligne par ligne, M. Younga a présenté les prévisions budgétaires et les réalisations en termes de recettes et de dépenses.

Il a relevé les principales contraintes à la mise en œuvre des activités : faiblesse de la matière fiscale, faible mobilisation des recettes, persistance de l’incivisme, méconnaissance de l’esprit de décentralisation par les populations, insuffisance du personnel, forte demande des populations.

Pour lever ces contraintes, les autorités municipales comptent intensifier les actions de sensibilisations, mettre l’accent sur la réalisation des infrastructures économiques, créer de nouvelles taxes, rechercher des partenaires afin de diversifier les domaines d’intervention, etc.

A l’issue de la présentation de son bilan, le maire Younga et son équipe se sont prêtés aux questions des populations.

Renforcement de l’employabilité et l’emploi des jeunes, mise en place et dynamisation du comité de jumelage avec des communes sœurs, accroissement du recouvrement fiscal, renforcement des activités d’information et de communication sur la décentralisation ont été les principales attentes des populations qui ont fait l’objet de recommandations et de suivi à l’issue de cet espace de dialogue et d’interpellation communautaire.

Abdoul Salam OUARMA