Burkina : les ministres des pays membres du G5-Sahel en charge des cultes, à Ouagadougou les 26 et 27 avril, contre la radicalisation / une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Projet de santé communautaire à Mangodara : la phase II prend son envol

26/12/2017
1 569

Projet de santé communautaire à Mangodara

 

La phase II prend son envol

 

La phase II du Projet de santé communautaire à Mangodara, a été lancée, le 18 décembre 2017, par la haut-commissaire de la Comoé, Aminata Sorgho/Gouba qui avait à ses côtés, le président national de la Croix-Rouge burkinabé, Dénis Bakyono. Exécuté par la Croix-Rouge burkinabé en collaboration avec la Croix-Rouge de Belgique, ce projet s’exécute grâce à un financement de la direction générale de la coopération et du développement du gouvernement belge.

 

Après les « résultats concluants » de la phase pilote conduite de 2014 à 2016 dans 50 villages, la Croix-Rouge burkinabé en collaboration avec la Croix-Rouge de Belgique, a entamé la deuxième phase du Projet de santé communautaire à Mangodara, grâce à un financement de la direction générale de la coopération et du développement du gouvernement belge. Le lancement de la phase II est intervenu, le 18 décembre 2017 à Mangodara. Cette relance prend en compte une extension du Projet, de 50 à 100 villages et hameaux de culture. Elle va cette fois-ci concerner en plus de la commune de Mangodara, les communes voisines de Sidéradougou et Ouo. La mise en œuvre de la phase II du Projet de santé communautaire à Mangodara, est basée sur l’approche Premier secours et santé à base communautaire (PSSBC), une approche intégrée de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui met à contribution les volontaires de la Croix-Rouge pour la mise en œuvre des activités au niveau communautaire. Cette stratégie vise l’autonomisation et la résilience des communautés en matière de santé. « D’un coût global d’environ 600 millions de F CFA, ce projet va durer 5 ans (2017-2021) et a pour ambition de consolider les acquis de la phase pilote à travers plusieurs actions », a déclaré la haut-commissaire de la Comoé, Aminata Sorgho/Gouba. En effet, les actions du Projet porteront, entre autres, sur la promotion de la santé maternelle et infantile, la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant au niveau communautaire, notamment le paludisme et la diarrhée, le renforcement du plateau technique des CSPS avec du matériel médico-technique et l’électrification solaire de certains CSPS, la construction de deux sièges pour les comités départementaux de la Croix-Rouge à Ouo et à Mangodara. Au cours de la cérémonie de lancement, le maire de Mangodara, Famoro Ouattara a traduit toute la satisfaction des populations des communes de Mangodara, Ouo et Sidéradougou à la Croix-Rouge burkinabé et ses partenaires. «Les réalisations faites par la Croix-Rouge à travers la phase pilote, ne laissent personne indifférente dans les villages et hameaux de culture de sa zone d’intervention », a martelé le  bourgmestre de cette cité. Pour sa part et pour le succès du projet, le président de la Croix-Rouge, Dénis Bakyono a demandé l’appui des structures déconcentrées du ministère de la Santé et la participation «active» des populations principales bénéficiaires. Le renforcement de cette collaboration, a-t-il dit, «participe de notre statut d’auxiliaires des pouvoirs publics depuis notre création en 1961».

                                                                                                       Mamadou YERE

(AIB Comoé)