Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina: L’Union pour le progrès et le changement va toujours jouer son rôle de veille (groupe parlementaire)

23/12/2017
107

Burkina Faso-Politique-

Burkina: L’Union pour le progrès et le changement va toujours jouer son rôle de veille (groupe parlementaire)

Ouagadougou, 23 déc. 2017 (AIB)- Le principal parti de l’opposition politique burkinabè, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), va toujours jouer son rôle de veille pour préserver les intérêts des populations, a indiqué samedi à Ouagadougou, le président du groupe  parlementaire UPC, Nicolas Koumbaterssour Dah.

«Il s’agira pour nous de faire une rétrospective des actions et les activités que nous avons menées en notre qualité d’élus nationaux et de réinsérer notre position sur certaines questions d’activités»,  a affirmé le  président  du groupe parlementaire UPC, Nicolas K Dah.

M. Dah s’exprimait samedi à Ouagadougou à l’occasion d’une conférence de presse  sur le bilan  annuel de la fin de la deuxième session ordinaire de l’année 2017 de l’Assemblée nationale.

 Pour lui,  l’hémicycle burkinabè ayant clos ses travaux, hier vendredi 22 décembre, il est de devoir pour son parti de se prononcer sur les actions menées  en 2017.

Dans sa déclaration liminaire,  le président du groupe UPC est  revenu sur les sessions du parlement, les journées parlementaires et les différentes activités  de son parti.

Il  a  également souligné que  sa formation politique a voté «pour»  lors des votes relatifs à certains projets ou propositions de loi ayant abouti à la création des commissions d’enquête parlementaire dans divers  domaines tels que l’éducation, la santé, les infrastructures…

«Nous ne disons pas que nous jouons notre rôle de façon parfaite, mais nous sommes quand même au-dessus de la moyenne», a soutenu le président Dah.

 

 

Déplorant le manque de vision du gouvernement dans certains secteurs de développement, Nicolas K Dah a signalé que le groupe parlementaire UPC s’est  opposée  à quelques projets de loi parmi lesquels figurent les programmes de projets de Partenariats publics- privés (PPP).

Il  a signalé que cette entente directe est une « porte ouverte » à la corruption et  au pillage des ressources du Burkina Faso.

Dans l’ensemble, argumente-t-il, le vote du «pour» l’emporte sur le «contre» du fait que ces  projets de  loi du gouvernement  s’inscrivent dans la même vision que  son parti et qui recherchent le bien- être des populations.

De son avis, des journées parlementaires initiées par l’UPC  ont  eu lieu à Bobo-Dioulasso, à Fada N’gourma et d’autres localités du pays  en vue d’échanger  sur une meilleure répartition des infrastructures routières en adéquation avec les potentialités dans les  régions.

Le parti du lion  qui compte  33 députés à l’Assemblée nationale a enregistré la démission de treize députés le 5 octobre 2017 pour former un autre groupe parlementaire dénommé UPC-Renouveau démocratique (UPC-RD), dirigé  par le député, Daouda Simboro.

Le président Nicolas K Dah dit ne pas reconnaitre ce groupe au sein  du parti et  mentionne qu’«il n’y aucun conflit entre le groupe parlementaire  UPC et le groupe  parlementaire  UPC –RD».

Il a  conclu que  l’ex-ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry,  démissionnaire  du gouvernement, a rejoint le groupe parlementaire UPC.

Agence d’information du Burkina

no/ak