Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'une stèle en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Direction générale des impôts: Les recommandations et résolutions contre la fraude sont très satisfaisantes (responsable)

23/12/2017
569

Burkina-Economie-Impôts

Direction générale des impôts: Les recommandations et résolutions contre la fraude sont très satisfaisantes (responsable)

Ouagadougou, 23 déc. 2017. (AIB) - Le Directeur général des impôts, Adama Badolo,  s’est dit satisfait vendredi, des résultats issus des 72 heures de travaux de la 6e conférence annuelle de la Direction générale des impôts (DGI) sur la fraude fiscale au Burkina Faso.

 «Nous avons fait le tour de la problématique de la fraude fiscale au Burkina, et nous avons pris un certain nombre de recommandations, de résolutions pour renforcer nos moyens de lutte contre la fraude. Les résultats sont très satisfaisants», a indiqué M. Badolo, à la clôture de la 6e conférence annuelle de la DGI.

En effet, les recommandations et les résolutions dont l’AIB a reçu copie, touchent plusieurs domaines qui concernent, entre autres, le cadre institutionnel et organique, le cadre législatif et réglementaire, les outils managériaux, les points de surveillance et l'allocation de ressources conséquentes.

Au nombre de celles-ci, il y a, l'adoption d'un fonds de lutte contre la fraude fiscale, l'implication des autorités dans la lutte contre la fraude, l'institution d'une taxe informatique au profit de la DGI, la mutualisation des actions des structures de lutte contre la fraude etc.

Pour M. Badolo, les autorités politiques doivent aussi participer à la lutte contre la fraude fiscale en matière de sensibilisation et d'exemple à donner.

«La conférence a fait une recommandation, pour qu'au niveau électoral, on puisse assujettir au mandat électif un quitus fiscal», a ajouté M. Badolo.

Par ailleurs, il a souligné que la lutte contre la fraude se mène également à l'intérieur de la DGI puisque certains fraudeurs bénéficient parfois des complicités.

«A chaque fois que nous avons eu des cas malheureux, il y'a eu des poursuites engagées contre les concernés», a-t-il dit.

Selon le Directeur général des impôts, les objectifs de recouvrement sans cesse croissante assignés à sa structure, ne peuvent être atteints dans un contexte de fraude non maitrisé.

«La lutte contre la fraude est une lutte permanente. C'est dans ce sens que le gouvernement va avoir les ressources nécessaires pour financer le développement économique et social», a déclaré Adama Badolo.

La 6é conférence annuelle de Direction générale des Impôts s’est ténue sur le thème «La lutte contre la fraude fiscale au Burkina Faso».

Selon plusieurs rapports des institutions qui luttent contre la fraude et la corruption, les flux financiers que perd le Burkina Faso sont estimés à des dizaines de milliards de francs CFA par an.

 

Agence d’information du Burkina

at/bl/ak