Burkina : les ministres des pays membres du G5-Sahel en charge des cultes, à Ouagadougou les 26 et 27 avril, contre la radicalisation / une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Mouloud 2017 à Bobo-Dioulasso : la paix, le pardon et la solidarité prônés à Ouezzinville

21/12/2017
879

Mouloud 2017 à Bobo-Dioulasso 

 

La paix, le pardon et la solidarité prônés à Ouezzinville 

Le président de la communauté musulmane du secteur 15 (Ouezzinville) de Bobo-Dioulasso, Cheikh El hadj Ismaël Démé a organisé en différé, le samedi 9 décembre 2017, une veillée de prières, à l’occasion de la célébration de la naissance du prophète Mohamed.  

 

 

 Les musulmans du secteur 15 se sont retrouvés le samedi 9 décembre   pour célébrer le Mouloud, autour du thème  « La paix dans les cœurs de chacun de nous ».Cette veillée a rassemblé les fidèles venus de Bobo-Dioulasso, des villages rattachés, ainsi que des délégations de Ouagadougou, de la Côte d’Ivoire et du Mali.  La séance a débuté par des témoignages sur la vie et l’œuvre du Cheikh Tidiane Démé, l’un des artisans de l’islamisation de la ville de Sya. Il a aussi été l’un des premiers à obtenir en 1955 auprès des autorités coloniales, l’autorisation d’ouvrir une école coranique. Depuis lors, le patriarche a célébré le Mouloud. C’est dans la continuité de son œuvre que l’un de ses fils, le Cheick El hadj Ismaël Démé, a institué la commémoration de la naissance du prophète de l’islam.Pour lui, il faut aimer le prophète de l’islam plus que quiconque, lui témoigner le respect et la déférence dont il est digne, le défendre en toute circonstance. Président national de l’Organisation culturelle pour le développement islamique (OCDIS), président de la Ligue des jeunes pour la solidarité islamique, professeur de philosophie islamique, le Cheick El hadj Ismaël Démé a entretenu le public sur l’islam en tant que religion de paix, de pardon et de solidarité, en lien avec le contexte national marqué par les attaques terroristes. A propos du thème de 2017 de la célébration, à savoir « La paix dans le cœur de  chacun d’entre nous », le prédicateur a souligné que chaque Burkinabè devrait « avoir des pensées positives et de bonnes idées sur la gouvernance actuelle du pays, car la crise est partout dans le monde ». « Au lieu de se satisfaire de la critique, tout le monde doit s’y mettre, au-delà des clivages partisans, religieux ou géographiques, pour que les choses aillent mieux », a-t-il déclaré. Cheick El hadj Ismaël  Démé soutient par ailleurs que les seules armes dans les mains de chaque Burkinabè pour faire changer les choses, sont les bénédictions. « Bénédictions pour que Allah guide et éclaire les pas des gouvernants, bénédictions pour que chaque concitoyens puisse réussir son projet personnel au bénéfice de la collectivité », a-t-il souligné. Il a appelé les fidèles à s’inspirer de la conduite exemplaire des devanciers pour faire avancer le pays et a prié pour la paix dans les foyers, les arrondissements, la ville de Sya, dans toutes les régions du pays, dans la sous-région, en Afrique et dans le monde entier. Parain de l’événement,  le maire de Lanfiera, Lassina Sanogo a lui aussi formulé des vœux de paix « dans un contexte d’insécurité qui ne tranquillise pas ». Pour le maire de l’arrondissement n°3 de Bobo-Dioulasso, Vinsoun Sanou, ce sont des sentiments de joie et de fierté qui l’animent de se retrouver parmi les musulmans pour recueillir les bénédictions. Il a aussi appelé à la prière pour la paix et la cohésion au Burkina Faso.

Mahamadi TIEGNA