Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'une stèle en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Conflit autour d’une réserve administrative à Gaoua : des femmes contestent une décision de justice

21/12/2017
781

Conflit autour d’une réserve administrative à Gaoua

 

Des femmes contestent une décision de justice

 

L’Association pour la promotion féminine de Gaoua (APFG) a organisé une marche de protestation contre une décision de justice,  le mardi 19 décembre 2017 à Gaoua.

 

Les femmes de l’Association pour la promotion féminine de Gaoua (APFG) ont marché dans la matinée du mardi 19  décembre 2017 dans la cité de Bafuji. Elles entendaient ainsi manifester leur mécontentement face à une décision de justice. Depuis le siège de l’Association au secteur 5, ces femmes ont scandé des slogans comme «Nous pas bouger ! » ou «Huissier, laisse-nous travailler en paix ! ». Elles ont marché jusqu’au haut-commissariat de la province du Poni, et ensuite jusqu’à la mairie de Gaoua, où elles ont adressé une lettre aux responsables de ces structures. Les manifestantes ont été reçues respectivement par le premier adjoint au maire, Djénité Hien et le secrétaire général de la province, Seydou Ouattara. Ces derniers ont tous rassuré l’APFG qu’ils rapporteront les doléances à qui de droit. Pour la présidente de l’APFG, Inkouraba Damien, depuis le début de l’année 2017, sa structure vit un rebondissement du contentieux l’opposant aux ayants droits de feu Justin Palé. Ce contentieux porte sur le domaine occupé par le siège de l’Association, au secteur 5. Dans ses explications, Inkouraba Damien raconte que suite à une plainte en justice de l’un des ayants droits de feu Justin Palé au Tribunal de grande instance de Gaoua en 2010, l’APFG avait remporté le procès. En 2013, une autre plainte a été formulée et le procès s’est tenu, sans que l’Association ne soit informée. Ce n’est que par ordonnance n° 03/2013 qu’elle a été notifiée de sa condamnation aux dépens par le Tribunal de grande instance de Gaoua. En 2017, par l’ordonnance n°003/2017, le même Tribunal de Gaoua a ordonné l’expulsion de l’APFG de son siège au profit des ayants droits de feu Justin Palé. Dans la semaine du 13 au 16 décembre 2017, un huissier a demandé à l’Association de quitter ces locaux, en lui présentant un acte de déguerpissement. Face à la situation, les femmes de l’APFG  se sont mobilisées à travers une marche pour informer l’opinion nationale et internationale. Ainsi, par la voix de la présidente de l’APFG, Inkouraba Damien, les membres de l’Association demandent l’annulation de l’attestation d’attribution délivrée à feu Justin Palé. Egalement, elles veulent l’arrêt immédiat des descentes de l’huissier à leur siège et le règlement définitif de ce contentieux.

Evariste YODA