Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Santé de la mère et de l’enfant: installation d’une « Ecole des maris » à Gounghin

20/12/2017
459

Santé de la mère et de l’enfant

Installation d’une « Ecole des maris » à Gounghin

Koupèla, (AIB) - Une « école des maris » a été installée dans la commune rurale de Gounghin, dans la province du Kourittenga. Cette initiative est de Plan Koupéla, avec le soutien de l’Association pour le développement communautaire (ADCOM), dans le cadre du projet Prévention de la transmission mère-enfant (PTME) du VIH.

Au Burkina Faso, en dépit des efforts  consentis dans la promotion de la santé de la reproduction, les indicateurs d’utilisation des services  de santé de la reproduction par les femmes restent faibles. Et plusieurs facteurs expliquent cet état de fait. Selon une étude réalisée en 2006, les hommes constituent le principal obstacle à la santé de la femme et de l’enfant. En effet, bien souvent, les femmes n’ont pas le droit d’aller au  centre de santé sans l’autorisation préalable de leurs époux. C’est pour lever cet obstacle que Plan International bureau de Koupéla a initié ce projet.  Les écoles des maris sont une  nouvelle démarche que Plan a entreprise afin d’impliquer davantage les hommes dans la gestion de la santé de la mère et de l’enfant. Pour Salfo Léosgo, animateur PTME à l’ADCOM, « une école des maris est un groupe d’hommes qui a pour  vocation de contribuer à la gestion de la santé de la mère et de l’enfant en acceptant d’accompagner leurs femmes au niveau des formations sanitaires et de se faire dépister comme les femmes le font ». Installées par Plan Koupéla dans plusieurs villages du Kourittenga, ces écoles des maris permettent de véhiculer l’information sur la PTME et de susciter l’adhésion massive des hommes au projet. A l’issue de la cérémonie d’installation, les participants étaient visiblement satisfaits. Victor Tougma, conseiller villageois de  développement de Gounghin, n’a pas caché sa joie. « Nous sommes vraiment contents de cette initiative et nous remercions  Plan Koupéla. Nous disons aussi merci à l’ADCOM. Nous nous engageons à  accompagner nos femmes au dispensaire et à nous faire dépister », a-t-il dit. Pour la représentante des femmes, Tougma/Noba Victorine, « c’est une immense  joie pour toutes les femmes  de cette commune, car voir nos maris s’impliquer dans  notre bien-être ne peut que nous  réjouir  et nous  disons  merci à Plan Koupéla ». Salfo Léosgo a invité les membres de l’école des maris à bien travailler, à être très compréhensifs et à travailler en étroite collaboration avec les leaders d’opinion. En quittant cette cérémonie, les représentants de Plan et de l’ADCOM ont promis aux membres du bureau qu’ils auront une formation afin de renforcer leurs capacités, toute chose  qui va leur permettre de mener à bien leur mission. 

                                                                     Amédée W. SILGA